La banque Piguet Galland teste les Millennials.

Communiqué de presse, 14 décembre 2017

Millennials

Think Tank : Piguet Galland & les Millennials.

En partenariat avec Swisscom, la banque Piguet Galland a organisé début
décembre son premier atelier de travail avec un panel de Millennials sélectionnés
plus tôt dans l’année. Cet atelier, qui s’est tenu dans le Digital
Lab de Swisscom, sur le campus de l’EPFL, était destiné à mieux comprendre
les codes de cette génération, son usage des services financiers,
sa perception de l’argent et le rôle éventuel que peut tenir auprès d’elle
une banque privée comme Piguet Galland. Tout l’enjeu pour la filiale de la
BCV était de définir de nouvelles pistes de réflexion, en particulier dans
le domaine du numérique, pour envisager une évolution de sa stratégie
commerciale.
Le terme Millennials recouvre la génération dont les naissances s’étalent
entre 1977 et 1995. Ayant grandi avec l’ordinateur et internet, ceux qu’on
appelle également Digital Natives, ont développé, à travers le temps
et les progrès technologiques, de nouveaux modes de consommation,
très différents de ceux de leurs aînés. Quelques années plus tôt, Piguet
Galland avait effectué un même travail d’enquête auprès de ses clients
et prospects lorsqu’il lui avait semblé judicieux de sortir de la gestion de
portefeuille traditionnelle pour aller vers une gestion du patrimoine plus
globale. Les études alors menées avaient permis à Piguet Galland d’axer
son approche sur l’accompagnement de ses clients dans leurs projets de
vie.
« Notre démarche auprès des Millennials s’inscrit en effet dans une
logique assez similaire, précise Béatrice Aujouannet, directrice du
Développement commercial & Marketing de Piguet Galland. Pour une
banque, il n’a jamais été aussi important de se mettre à l’écoute de ses
futurs clients. De par les relations très fortes que les Millennials entretiennent
avec le digital, il est naturel d’envisager la transformation de nos
métiers et leur adaptation à une clientèle hyper connectée. Les premiers
éléments qui ressortent de ces études sont très instructifs. Sur des sujets
capitaux comme la gestion de leur patrimoine, nous nous rendons compte
par exemple que les Millennials n’hésiteront pas à se tourner vers les
spécialistes d’une banque privée. Ils accepteront de quitter l’univers du
web pour être informés sur un point qui nécessite une expertise spécifique.
En revanche, il leur semble évident que leurs conseillers doivent
être accessibles en permanence, suivant en cela les usages du web. Le
deuxième point qui nous a paru primordial est la valeur relationnelle qu’ils
peuvent percevoir dans une banque privée comme la nôtre. A l’ère des
social networks, ils attendent d’une banque privée qu’elle les aide à élargir
leur réseau, leur communauté d’intérêts et leur permette d’entrer en
relations avec des personnes de leur choix, selon les opportunités qu’ils
recherchent. Pour nous, ce sont là des informations précieuses et nous
allons les prendre en compte dès à présent pour ajuster notre positionnement
et affiner notre stratégie de communication ».

Pour approfondir