Le divorce : un impact plus négatif que le Brexit sur votre patrimoine

Article paru dans 50+, Editions Mancassola, 2016

Interview de Olivier Calloud, CEO de Piguet Galland

Vous avez pris la tête de la banque Piguet Galland voilà maintenant quatre ans. Depuis, vous l’avez profondément transformée. Dans les grandes lignes, quelle est la direction que vous avez souhaité lui donner ? Piguet Galland, filiale de la Banque Cantonale Vaudoise, est un vieil établissement, créé à Yverdon-les-Bains dans la seconde moitié du XIXe siècle. De temps en temps, vous comprenez bien qu’il est nécessaire de lui donner un coup de neuf. Ces dernières années, le moment était d’autant plus opportun que le secteur bancaire suisse est en pleine mutation. Nous avons donc voulu en profiter pour réorienter notre modèle d’affaires, remanier notre structure, nos équipes et nos systèmes. Il était important pour Piguet Galland de refondre son offre et de proposer à notre clientèle suisse des services et des conseils plus sophistiqués, dans une approche plus contemporaine du métier de banquier.

Sous quelle forme, cette nouvelle offre se présente-t-elle ?
Pendant longtemps, Piguet Galland s’est concentrée sur la seule gestion des actifs financiers. Aujourd’hui, la Banque a élargi son périmètre d’activités en y incorporant, entre autres, les solutions de prévoyance, la planification financière et l’efficience fiscale. Nous abordons désormais la gestion du patrimoine au sens le plus large. Nos spécialistes sont capables d’intervenir sur les différents éléments qui le composent, depuis les actifs financiers jusqu’à l’entreprise. Nos domaines d’expertise englobent les solutions de prévoyance, la planification financière, le conseil en transmission d’entreprise, la gestion de portefeuille, jusqu’au financement de biens immobiliers grâce à notre ligne de crédits hypothécaires.

A quel type de clientèle s’adresse cette offre ?
Nous travaillons essentiellement pour la clientèle suisse romande qui est notre clientèle historique. Piguet Galland a un ancrage local très fort puisque la banque est présente à Genève, Lausanne, Yverdon-les-Bains, Nyon et Neuchâtel. Nous sommes une banque privée de proximité pour des résidents suisses. Notre offre a été ajustée très précisément à leurs besoins.

En quoi consiste pour vous le patrimoine de vos clients ?
Le patrimoine est une matière vivante ! Ce sont toutes les ressources dont ils disposent pour réaliser leurs grands projets de vie et négocier au mieux les périodes charnières de leur existence. Je pense par exemple à l’acquisition de la la résidence principale, au parcours universitaire des enfants, à la cession de l’entreprise, ou encore au passage à la retraite. Ce sont des moments charnières dans une existence qui peuvent réclamer le concours d’un généraliste capable de faciliter le cheminement juridique, fiscal, administratif ou encore financier qui leur est associé. Aujourd’hui, notre travail s’inscrit davantage dans une logique de services et de conseils que dans une logique de produits.

Quels sont les grands principes auxquels la gestion du patrimoine doit obéir ?
C’est d’autant plus vrai que la gestion au quotidien des actifs financiers, qui sont par définition les plus « mobiles », et donc les plus faciles à ajuster, doit d’abord servir la gestion du patrimoine dans son ensemble. Les actifs qui rentrent dans le patrmoine présentent tous un profil spécifique en termes de rendement attendu, de risque, d’impact fiscal et de capacité à être réalisée plus ou moins vite. Il est essentiel d’en comprendre toutes les propriétés, et plus encore toutes les subtilités, pour établir la stratégie la plus appropriée. Une fois que ce travail d’analyse et de projection a été effectué, il devient plus facile de mettre en oeuvre les différentes solutions de financement, d’agencement, d’investissement, de prévoyance ou de fiscalité qui simposent.

Les cassures sur les marchés financiers, les conséquences d’un Brexit, sont-ils les pires risques menaçant la préservation du patrimoine?
Absolument pas. Les baisses importantes des marchés sont corrigées en partie par la diversification du portefeuille. Il y a des risques plus importants pour le patrimoine. Un divorce a certainement un impact plus négatif sur le patrimoine que le Brexit ! La dissolution du régime matrimonal affecte forcément le patrimoine des conjoints et nous essayons aussi d’anticiper ce genre d’évènements, en veillant par exemple à limiter la fiscalité induite par le partage des biens.

Comment compensez-vous les mauvais résultats que peuvent générer les marchés financiers dans certaines périodes ?
Nous ne nous limitons pas à la gestion des actifs financiers pour accroitre la valeur de patrimoine. Nous avons recours à d’autres leviers de croissance. C’est le cas par exemple de la prévoyance et plus particulièrement du régime surobligatoire. Quand les performances des marchés sont moindres, nous continuons à exploiter toutes les opportunités que peut contenir les différents régimes de prévoyance. C’est l’une des lignes de force de nos stratégies patrimoniales parce qu’elle présente d’énormes avantages sur le plan de l’efficience fiscale, au travers notamment des cotisations ordinaires et des rachats. Les économies ainsi réalisées, que ce soit sur les revenus du capital ou sur ceux du travail, contribuent ainsi au développement du patrimoine.

Vous parliez d’une approche plus contemporaine du métier de banquier. Comment définiriez-vous alors le rôle que vous tenez auprès de vos clients ?
Nous sommes pour ainsi dire les Chief Financial Officers de nos clients. Leurs directeurs financiers. Nous les aidons à obtenir les meilleurs rendements possibles de leur patrimoine et à mieux contrôler les risques. A leurs côtés, nous améliorons à la fois leur bilan économique et leur bilan fiscal, ce qui implique de notre part la plus grande rigueur dans notre mode opératoire. Nous comptons beaucoup d’entrepreneurs parmi nos clients et nous veillons à ce que leur patrimoine soit aussi bien gérée que leur entreprise. C’est de cette façon que nous les accompagnons dans les moments les plus importants de leur existence.

Pour approfondir