Le point sur les marchés – 4 juin 2018

Le résumé sur l’actualité économique de la semaine.

Prairie Storm Saskatchewan

L'essentiel

Les risques d’une guerre commerciale ont augmenté. L’administration américaine a en effet mis ses menaces à exécution en imposant de nouvelles taxes douanières sur les importations d’acier (25%) et d’aluminium (10%) et menace également de taxer les importations de voitures. Des mesures de rétorsion agressives de la part des partenaires commerciaux des Etats-Unis seraient inquiétantes.

Un fort rebond des coûts de l’énergie est à l’origine d’un dérapage de l’inflation européenne au mois de mai. Sur un an, la variation des prix atteint 1.9% contre seulement 1.2% en avril. L’inflation de base (hors énergie et alimentation) ne progresse pas autant et s’établit à 1.1% sur un an.

La croissance en Inde pour le premier trimestre de 2018 s’affiche à 7.7% en nette progression par rapport au trimestre précédent et nettement au-dessus des attentes des analystes. L’accélération s’explique par un effet de base favorable lié au choc de la démonétisation de l’économie en 2017. Mais, des révisions à la hausse dans le secteur de l’agriculture ont aussi contribué à ce bon résultat.

Politique en Europe : l’épée de Damoclès

Alors que tous les éléments semblaient réunis pour une poursuite de la surperformance des bourses de la zone euro, les incertitudes politiques sont revenues une fois de plus jouer les trouble-fêtes.  En Italie, les marchés se sont faits peur à l’idée de nouvelles élections, qui potentiellement se seraient transformées en un référendum sur l’appartenance de l’Italie à l’Union monétaire. Paradoxalement, c’est l’annonce de la création d’un gouvernement populiste qui a mis fin à cet épisode et permis aux marchés de rebondir, suite à la violente correction. Toutefois, si le pire scénario a pu être évité, les incertitudes demeurent. D’une part, les électeurs ont des attentes élevées pour des changements importants et rapides.  Et de l’autre, le programme du nouveau gouvernement n’est pas pro-européen. En effet, le plan fiscal devrait tendre vers une augmentation des dépenses, ce qui devrait alourdir la dette – qui est déjà très élevée – alors que la Banque Centrale Européenne est en train de préparer la fin de son programme d’achats d’actifs. De plus, les réformes nécessaires pour stimuler la compétitivité risquent de passer aux oubliettes. Ces craintes ont également eu un impact sur les marchés financiers dans le reste de la périphérie. Ceci d’autant que M. Rajoy a été destitué par une motion de censure et que l’Espagne va avoir un nouveau gouvernement, qui pourrait être transitoire en attendant de nouvelles élections. Nous avons néanmoins le sentiment que si les incertitudes politiques ont augmenté en Espagne, la situation est différente de celle de l’Italie. En effet, un changement de gouvernement ne devrait pas faire dérailler la forte reprise conjoncturelle espagnole et le programme économique ne devrait pas être remis en question sur le court terme. En attendant, la réaction des marchés face au Portugal nous semble exagérée : l’économie a retrouvé une belle santé sous un gouvernement socialiste qui a réussi à tenir l’essentiel de ses promesses. Les bourses de la zone euro devraient être plus vulnérables à toute nouvelle politique négative, réduisant ainsi ses chances de surperformance dans le court terme. Face à ces incertitudes, la bonne nouvelle réside dans le fait que l’euro devrait rester relativement faible ce qui est positif pour les bourses ayant une forte exposition aux sociétés exportatrices. Le secteur bancaire a été particulièrement malmené dans la correction et nous profitons de la forte baisse de BCP, la deuxième plus grande banque au Portugal, pour la recoder à l’achat.

Etats-Unis : un niveau de chômage trop bas ?

Il faut remonter à décembre 1969, à la fin des Trente Glorieuses, pour connaître un niveau de chômage aussi bas ! Vendredi, les statistiques de l’emploi aux Etats-Unis ont été publiées, battant une fois encore les estimations des économistes pourtant optimistes. Au mois de mai, ce ne sont pas moins de 223’000 emplois qui ont été créés dans le pays, bien plus que les 190’000 escomptés, conduisant à une baisse du taux de chômage à 3.8%. Peut-il baisser encore plus ? Il semblerait bien que oui si l’on observe les données économiques parues la semaine passée. Le PIB américain a crû de 2.2% au premier trimestre, « boosté » par les dépenses en investissements. Il ne devrait pas fléchir dans les prochains trimestres, à en croire l’indicateur manufacturier de l’institut ISM, qui reste proche des plus hauts de ces dix dernières années. Dans un tel environnement, difficile d’envisager une remontée du chômage, puisque 90’000 créations de postes mensuels suffiraient à maintenir celui-ci au niveau actuel.

Toutefois, un des effets secondaires de la tension du marché du travail est la lente mais régulière pression haussière sur les salaires, qui ont progressé de 2.7% sur un an. Une éventuelle flambée de l’inflation, qui ne reflète pas notre scénario actuel, conduirait immanquablement à des craintes de voir la Fed accélérer la normalisation de sa politique monétaire, un processus qui se termine toujours par l’arrivée d’une récession. Souhaitons donc de bonnes nouvelles sur le front de l’emploi… mais pas trop !

Régulièrement Piguet Galland organise des événements. Inscrivez-vous sur notre page agenda.

Vous appréciez nos points sur les marchés et souhaitez en savoir plus sur notre offre de services en investissement ? Contactez-nous pour un entretien sans engagement.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Maecenas consequat purus orci, nec bibendum massa lobortis imperdiet. Vestibulum vel urna efficitur, hendrerit felis sed, interdum enim. Aenean aliquet urna libero, eu posuere arcu volutpat eu. Pellentesque ut metus imperdiet, consequat velit sed, egestas augue. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Praesent convallis neque vitae tempor volutpat. Maecenas scelerisque semper dolor id cursus. In vitae justo in eros ornare hendrerit et id tellus. Suspendisse posuere nisl non consectetur consequat. Morbi egestas nunc et nisl dapibus, a consectetur lacus lacinia. Etiam feugiat ante eget luctus varius. Curabitur rutrum, velit eget molestie molestie, ipsum arcu ornare tortor, faucibus congue arcu est eu risus. Sed ut tellus dui. Phasellus feugiat quis ligula eu pretium.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires