phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 24 août 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Devant les montagnes

L'essentiel

Le dollar US se stabilise depuis quelques jours. Un rebond technique temporaire nous semble possible après la baisse rapide de ces derniers mois. Pour rappel, depuis fin mai le billet vert a perdu près de 9% contre l’euro et 7% contre le franc suisse.

Les métaux industriels et plus particulièrement le cuivre maintiennent leur dynamique positive et dépassent les plus hauts du début de l’année, porté par le retour de la demande et des stocks limités. Les cours restent néanmoins très loin des records historiques.

La société chinoise Huawei s’est à nouveau retrouvée au milieu des tensions qui font rage entre les Etats-Unis et la Chine. Depuis le 17 août, le gouvernement de Washington impose une licence pour toutes les transactions effectuées avec Huawei, ce qui restreint son accès à la technologie américaine et réduit considérablement la visibilité des fournisseurs et des clients utilisant ses équipements 5G

 

Pays émergents - Une normalisation désynchronisée

Si la visibilité s’est améliorée sur le front de la pandémie, le risque d’une deuxième vague de contamination en l’absence d’un vaccin freine la reprise de la consommation dans certains pays émergents. En Chine, l’économie a entamé une normalisation à deux vitesses avec, d’un côté, le rebond de l’industrie manufacturière et, de l’autre, le redémarrage plus poussif des activités de service. Les restrictions de mouvement limitent notamment les dépenses liées aux voyages, à la restauration et aux divertissements, autant de secteurs qui pourraient continuer de faire les frais des mesures de distanciation sociale.

Bien que l’heure du déconfinement ait sonné plus tôt en Asie que dans la plupart des économies développées, on assiste aux Etats-Unis et en Europe à une normalisation rapide de la consommation, rendue notamment possible grâce à des injections de liquidités directement au bénéfice des consommateurs. Par conséquent, l’offre exportatrice a été satisfaite par la demande consommatrice des pays développés et cela malgré la tendance à une démondialisation progressive.

Une autre divergence en termes de normalisation concerne les marchés émergents eux-mêmes. Du côté des marchés asiatiques, la crise sanitaire et économique est plus ou moins sous contrôle, alors que dans des pays comme le Brésil ou l’Inde, le pic de la pandémie n’a pas encore été atteint et le nombre d’infections a d’ores et déjà largement dépassé celui enregistré en Europe. Par ailleurs, la capacité de relance diffère d’un pays à l’autre, tous ne pouvant pas se permettre des programmes de soutien à hauteur de 10% voire 20% de leur PIB.

À quoi ressemble donc la « nouvelle normalité » sur les marchés émergents ? Après le récent rebond boursier, les valorisations sont aujourd’hui en ligne avec les moyennes historiques – à condition toutefois que le redémarrage de l’activité se produise avant la fin de l’année et que la croissance des bénéfices d’environ 30% se matérialise en 2021. L’optimisme des investisseurs a propulsé les cours vers de nouveaux sommets, réduisant la marge de tolérance face aux mauvaises nouvelles ou aux surprises négatives. Dans ce contexte, la volatilité risque de rester élevée, bien qu’un affaiblissement du dollar américain devrait profiter aux marchés émergents.

Etats-Unis : nouveau record… et ensuite ?

Après plusieurs tentatives, le principal indice boursier américain, le S&P 500, a finalement terminé la semaine à un nouveau plus haut historique. En ce qui concerne la bourse, la parenthèse Covid est désormais fermée. Pour le moment du moins.

Il est vrai que depuis plusieurs semaines, les nouvelles positives se succèdent outre Atlantique. D’une part, les nouvelles infections au coronavirus semblent être sous contrôle après une brève remontée. D’autre part, les indicateurs macroéconomiques ont surpris positivement les investisseurs durant tout l’été, de même que les résultats
publiés par les entreprises pour le deuxième trimestre 2020.

Aujourd’hui pourtant, les actions américaines semblent devoir reprendre leur souffle. Tout indique que cette remontée est allée un peu trop vite. Par conséquent, les actions américaines sont devenues chères… plus encore qu’elles ne l’étaient au pic du mois de février. Et si les résultats des sociétés ont battu les attentes et permis des révisions à la hausse des estimations bénéficiaires, celles-ci ne sont pas suffisantes pour abaisser la valorisation du marché qui culmine à 22x les bénéfices futurs. Enfin, les indicateurs montrent que le sentiment des investisseurs a basculé du côté de l’optimisme et que le S&P 500 est suracheté. De même, la volatilité est au plus bas depuis plus de six mois.

Dès lors, les indices pourraient bien prendre le temps de digérer leur hausse récente, avant d’aborder une période marquée par un agenda politique chargé et des élections américaines qui s’annoncent chahutées. Si nous restons constructifs sur la région à long terme, nous craignons une certaine complaisance à court terme, ainsi qu’une exagération sur certains secteurs, notamment la technologie.

 

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires