phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 4 mars 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Awesome Nature Scenery. Beautiful landscape with high mountains with illuminated peaks, stones in mountain lake, reflection, blue sky and yellow sunlight in sunrise. Amazing nature Background.

L’essentiel

Le franc suisse a fait preuve d’une étonnante stabilité contre l’euro la semaine passée, alors que la panique liée au coronavirus gagnait les marchés financiers. Nous soupçonnons fortement la BNS d’agir pour prévenir une flambée de la devise helvétique qui serait extrêmement pénalisante pour l’économie locale.

En février, la conjoncture en Suisse a poursuivi sa reprise graduelle. L’indicateur KOF est ressorti au-dessus des attentes en fin de semaine passée, révélant des anticipations relativement optimistes pour l’économie de la part des sondés. L’indicateur mesurant l’activité manufacturière publié ce jour confirme cette bonne tendance, s’établissant à son plus haut niveau depuis presque un an.

La livre est sous pression depuis que Boris Johnson et son gouvernement ont opté pour une position ferme en vue des négociations avec l’Union Européenne sur les accords post-Brexit. Cette tendance s’est renforcée en raison des craintes sur les marchés financiers. La volatilité sur la monnaie britannique risque de perdurer dans les mois à venir.

La réaction des bourses semble exagérée

Les investisseurs ont réalisé que l’épidémie de coronavirus aura des conséquences économiques négatives. Et ce réveil est difficile eu égard à l’amplitude du plongeon des bourses sur la semaine avec des baisses cumulées qui dépassent 10% dans certains cas. La prise de conscience de l’impact économique d’une épidémie qui se globalise est une des raisons qui nous a amené à baisser la proportion des actions dans les portefeuilles en début de semaine dernière.

Si les retombées économiques sont encore difficiles à cerner et dépendront de la durée de cette épidémie, la panique actuelle ne semble pas justifiée eu égard notamment à la faible mortalité associée à ce virus (par rapport à des épisodes passés). D’ailleurs, sur environ 90’000 cas d’infection enregistrés dans le monde à ce jour, plus de la moitié des patients sont définitivement guéris. Et alors que l’épidémie est en voie d’être maîtrisée en Chine, il apparaît qu’une réponse rapide des autorités sanitaires permet d’endiguer la propagation du virus. Ce que tentent d’appliquer actuellement d’autres gouvernements dans le monde.

Et après les mesures sanitaires, les autorités devraient assez rapidement passer à la réponse économique. Des annonces de relance monétaire et budgétaire sont attendues dans les prochaines semaines, à commencer par des mesures de soutien du côté des banques centrales sous forme d’injections de liquidité et de baisses de taux. Une coupe des taux directeurs par la Réserve fédérale américaine semble ainsi quasiment acquise lors de sa prochaine réunion le 18 mars. Si la baisse des bourses sur la semaine écoulée ne nous a pas surpris, elle nous semble désormais excessive. Les signes de capitulation des investisseurs et de liquidation de positions se multiplient et laissent penser que les marchés sont survendus à court terme et qu’un fond est proche. C’est notamment le cas des mesures de volatilité comme le VIX sur le marché américain qui atteint son plus haut niveau depuis février 2018 tout comme la plupart des indicateurs de sentiment qui ont rapidement basculé en zone de pessimisme extrême. Et les valorisations sont retournées à des niveaux beaucoup plus raisonnables en comparaison historique (rapport cours/bénéfices de 16.5x aux Etats-Unis et de 12-13x en Europe et dans les pays émergents).

Un retour d’intérêt de la part des investisseurs est probable une fois que le pic de contamination aura été atteint dans le monde. Nous pensons qu’il est désormais trop tard pour vendre et qu’il faut au contraire commencer à considérer l’opportunité de renforcer certains titres et thématiques de long terme qui ont trop souffert de ventes indiscriminées ces derniers jours.

Chine – le retour au travail

En quelques jours, les marchés sont passés d’une humeur à considérer cette épidémie comme un événement temporaire à un état de panique. Bien que cette épidémie continue de se propager rapidement à travers l’Europe, la Chine semble avoir franchi discrètement un seuil dans sa lutte contre ce virus. Les derniers chiffres montrent que le nombre de patients qui se sont remis de la maladie a maintenant dépassé celui confirmé comme infecté par le coronavirus.

Les mesures de confinement drastiques mises en place juste après la pause du nouvel an chinois ont masqué jusqu’ici son impact réel. La reprise des activités a été plus lente que prévu et se reflète dans les indices des directeurs d’achat publiés ce week-end. Le PMI manufacturier est tombé à 35,7, un creux historique par rapport au niveau de 50 en janvier. Cette baisse n’est pas surprenante étant donné que l’économie a été paralysée pendant la majeure partie de février, mais qui devrait déjà rebondir à partir de mars. A savoir que les indicateurs de haute fréquence pointent sur des signes de rebond de l’activité depuis une semaine, comme par exemple la fréquence des visites dans les centres commerciaux ou le taux d’utilisation des capacités de production qui est revenu à plus de 50%.

La trajectoire de la stabilisation de nouveaux cas en Chine pourrait servir de meilleur guide que le SRAS pour les autres régions infectées, même si l’efficacité des mesures ou la densité de la population ne sont pas parfaitement comparables. S’il est vrai que la vitesse de contamination en Corée et en Italie reste préoccupante, la complaisance est devenue la dernière victime du virus après la correction de la semaine dernière. À ce stade, la plus grande menace est la peur elle-même. Il serait temps de se rappeler que les marchés ont la mémoire courte dès que la propagation de la panique commencera à ralentir à son tour dans le monde.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires