phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 3 octobre 2022

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
point-des-marches-investissement-finance-banque-privee-piguet-galland

L'essentiel

Alors que l’inflation reste tenace en Europe et aux Etats-Unis, la progression des prix est ressortie en-dessous des attentes en Suisse pour le mois de septembre (3,3% contre 3,6% estimé). Cette bonne nouvelle écarte à nouveau la probabilité d’une récession pour la Suisse, dont l’économie demeure résiliente selon le SECO (Secrétariat d’Etat à l’économie).

La volatilité sur le marché des actions américaines a bondi ces dernières semaine et atteint à présent un niveau similaire à celui observé en juin passé. Les indicateurs de sentiment sont eux extrêmement déprimés signalant une capitulation de la part des investisseurs. Un rebond technique à court terme est probable sur les indices.

Le pétrole a baissé de près de 10% en septembre et passe sous son niveau précédant l’invasion de l’Ukraine. Afin de soutenir les prix, l’OPEP pourrait baisser sa production de 1 million de barils par jour à sa réunion du 5 octobre. Reste à savoir si le marché va enfin s’intéresser à l’offre ou va rester concentré sur la demande, qui est sous pression.

La lutte contre l’inflation maintient les marchés sous pression

La Fed poursuit sa stratégie de relèvement rapide des taux directeurs. Son objectif est de freiner l’économie afin d’entraîner une détente sur un marché de l’emploi en surchauffe et éviter ainsi une spirale inflationniste par les salaires. Pourtant, le scénario d’un atterrissage en douceur de l’économie américaine nous semble encore probable, en raison notamment du fort recul du cours du pétrole enregistré depuis le début de l’été. La baisse du prix de l’essence est en effet une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des ménages américains. Si le repli du cours des hydrocarbures se répercute aussi sur l’inflation, d’autres indicateurs donnent également à penser que le pic du renchérissement a été dépassé aux Etats-Unis, entrouvrant ainsi la possibilité d’une pause de la Fed d’ici au premier trimestre 2023.

Le ralentissement conjoncturel est un phénomène mondial. La Chine devrait voir sa croissance tomber à son plus faible niveau depuis 30 ans. Mais le soutien de Pékin au secteur de la construction et un certain assouplissement de la politique de gestion de la pandémie suggèrent que la croissance pourrait rebondir dès 2023. Les perspectives sont plus moroses du côté de la zone euro, qui pourra difficilement échapper à un épisode de récession. Grâce à l’importante reconstitution des stocks de gaz naturel, la contraction économique s’annonce toutefois légère, sauf si l’hiver à venir devait s’avérer beaucoup plus rigoureux que la norme. Toutefois, nous nous attendons à ce que la Suisse fasse à nouveau preuve de résilience.

Le durcissement des politiques monétaires en cours s’est clairement ressenti sur les marchés de taux. Et le marché obligataire américain offre désormais une rémunération qui nous semble très attractive. Nous renforçons ce marché dans nos grilles d’investissement, au détriment des matières premières, qui ont surperformé en 2022. Les marchés boursiers, eux aussi, ont mal réagi au ton plus offensif des banquiers centraux. Les valorisations se sont nettement dégonflées et les investisseurs affichent un pessimisme inédit depuis la crise de 2008, deux raisons pour lesquelles nous déconseillons de vendre les actions à ces niveaux. La fin du resserrement monétaire qui se profile pour le début de 2023, du moins du côté de la Fed, est annonciatrice d’un contexte de marché beaucoup plus favorable l’an prochain, si ce n’est avant. La bourse américaine sera sans doute la première à rebondir. Nous augmentons dès lors les valeurs américaines au sein des portefeuilles, aux dépens des actions japonaises, qui ont plutôt bien résisté cette année.

Royaume-Uni : la crédibilité du nouveau gouvernement mise à rude épreuve

Fidèle à ses promesses, la première ministre britannique Liz Truss a annoncé un électrochoc fiscal pour faire repartir l’économie et lutter contre un taux d’inflation dépassant les 10%, qui ampute le pouvoir d’achat. Au lieu de se concentrer sur les effets positifs que ces mesures vont engendrer, les marchés se sont focalisés sur les emprunts massifs qui en découlent ainsi que sur les baisses d’impôts aux plus riches. La réaction a été si violente que la Banque d’Angleterre a été obligée d’intervenir d’urgence pour stabiliser l’économie. Bien qu’à contre-courant de l’actuelle resserrement monétaire ces interventions ont permis de calmer les marchés. Par ailleurs, le ministre des finances a dû faire un revirement sur une baisse des impôts controversée. 

Quant aux craintes des marchés face à la dette, celles-ci peuvent paraître excessives. Le Royaume-Uni semble en effet capable de supporter une dégradation de ses finances publiques, car sa situation en comparaison à d’autres pays européens est solide. Néanmoins, le pays fait déjà face à de nombreux vents contraires, comme la vague de grèves sans précédent et l’envolée de l’inflation, le pays étant confronté au choc énergétique comme la zone euro ainsi que la progression des salaires comme aux Etats-Unis. Il ne faut pas non plus oublier la détérioration de la productivité des sociétés britanniques suite au Brexit. Dès lors la tâche de la Banque d’Angleterre et du nouveau gouvernement s’avère extrêmement délicate. Au vu du contexte il est à notre sens trop tôt pour tabler sur une appréciation de la livre tant que les perspectives sur l’inflation restent orientées à la hausse. En revanche, les nombreuses sociétés internationales cotées ont tout à gagner de la faiblesse de la livre en termes de compétitivité et des revenus significatifs en provenance de l’étranger.

 

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires