phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 6 janvier 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
levé de soleil sur les montagnes vosgiennes depuis le hohneck

L’essentiel

 

Pour le premier jour de l’année, la Banque populaire de Chine a annoncé une nouvelle baisse du taux de réserves obligatoires de 50 points de base (la huitième depuis 2018), afin de stimuler davantage l’économie réelle et de se préparer à la demande de liquidités lors de la période du Nouvel An chinois qui aura lieu dès le 25 janvier.

Depuis ses plus hauts atteints en août, le métal jaune avait corrigé l’excès d’optimisme sans vraiment baisser. Le rebond récent le fait dépasser les 1’550$/once atteints cet été, ouvrant la voie vers les 1800$ atteints en 2012.

L’indice des surprises économiques de la zone euro (Citigroup) a fortement progressé durant les deux derniers mois de l’année pour se retrouver à un plus haut depuis février 2018. Cette évolution suggère que la croissance sur le Vieux continent devrait réaccélérer durant 2020 notamment en raison de la diminution des incertitudes liées à la guerre commerciale et au Brexit.

2020, une nouvelle année sous l’emprise de Trump ?

Sur le front politique, 2019 s’est achevé sur une note positive avec une trêve dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Mais 2020 débute par une recrudescence de l’instabilité au Moyen-Orient. Une fois de plus, Donald Trump est à la manœuvre et semble avoir été déterminant dans le déclenchement de nouvelles hostilités à l’égard de l’Iran, cible régulière de menaces depuis son accession au pouvoir.

Sa décision d’éliminer un des dignitaires du régime des mollahs semble pour le moins précipitée pour ne pas dire épidermique. Mais le président Trump est coutumier du fait notamment quand il s’agit de politique extérieure. Et il a déjà prouvé par le passé qu’il peut dégainer les missiles aussi rapidement que les tweets. Ce geste inattendu peut-il trouver sa justification dans la campagne de réélection de M. Trump ? Le but visé est-il de laver l’affront subit par les USA à Téhéran en 1979 et d’asseoir l’autorité de Donald Trump à l’international alors même que sa stratégie s’enlise en Corée du Nord ? Ce pari serait risqué.

Certes, une guerre entre la première puissance mondiale et la république islamique semble improbable. La légitimité d’une intervention militaire américaine pour renverser ce régime ne fait clairement pas l’unanimité auprès de la communauté internationale et ne manquerait pas de soulever le veto de certains pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Et jusqu’à présent, le président américain a tout fait pour éviter d’entraîner les Etats-Unis dans un conflit armé d’envergure. Mais à force de jouer avec le feu, l’embrasement guette dans une des régions les plus instables de la planète car le pouvoir de nuisance de l’Iran est énorme dans cette zone où ce pays n’a cessé d’étendre son influence durant les dernières décennies. Dans l’attente de représailles directes ou plus vraisemblablement indirectes de la part de Téhéran, les investisseurs doivent se préparer à des craintes politiques récurrentes et à un retour de la volatilité sur les marchés. Sur le court terme, des prises de bénéfices sur les bourses sont probables après leur forte progression de 2019. A plus long terme, il faudra surveiller l’évolution du pétrole. Tant que l’on évite une flambée du cours de l’or noir, l’économie mondiale devrait récupérer progressivement de l’impact négatif de la guerre commerciale, ce qui demeure un contexte favorable pour les valorisations boursières.

Pétrole : acheter au son du canon ?

Alors que le pétrole avait clôturé le dernier trimestre de 2019 sur une hausse solide de près de 15%, nous pensions que son cours incorporait la plupart des bonnes nouvelles et n’avait que peu de potentiel supplémentaire. Les actions imprévisibles du président américain en ont décidé autrement. L’assassinat dans un pays tiers d’un des plus hauts gradés iraniens relance les craintes quant à un embrasement supplémentaire de la région, depuis un niveau d’instabilité pourtant déjà élevé.

Les incertitudes sont actuellement très élevées, et la visibilité nulle. La balance entre l’offre et la demande militerait pour une baisse du prix du pétrole, mais une aggravation de la situation politique ouvre potentiellement le chemin à une envolée. De plus, nous avons vu l’année passée la capacité de Mr Trump à faire des voltes-faces, comme lorsque la relation avec la Corée du Nord est passée d’exécrable à excellente en quelques jours seulement.

Plus qu’essayer de faire des prévisions très hasardeuses quant à l’évolution du prix du baril, nous allons surtout surveiller son impact sur l’économie. Alors que la reprise commence à se renforcer, nous ne voudrions pas voir une progression trop rapide qui mettrait en danger notre scénario économique positif en pesant sur les dépenses de consommation. De même, une hausse du pétrole de 1% ayant en moyenne un impact positif de 0.15% sur l’inflation, une appréciation trop rapide pourrait effrayer les marchés obligataires et faire remonter les taux gouvernementaux trop brusquement.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires