phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 12 octobre 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine!

Nous contacter

L’essentiel

La saison de publication des résultats du troisième trimestre débute cette semaine pour les sociétés américaines. L’amélioration visible sur la conjoncture depuis cet été devrait également se refléter dans les bénéfices des entreprises du pays. Bien que les bénéfices restent 20% en-dessous des niveaux de l’an passé, nous anticipons de nombreuses surprises positives, ce qui devrait soutenir les bourses sur le court terme.

Les ventes de détail de la zone euro ont rebondi de 4.4% en août et se retrouvent désormais au-dessus du niveau de février avant l’apparition du Covid. Ce rebond rapide est sans doute à mettre en lien avec les mesures de soutien pour l’emploi et l’épargne forcée amassée durant le deuxième trimestre.

Les autorités chinoises sont intervenues pour modérer l’appréciation du yuan qui a grimpé de près de 1,5% vendredi dernier. Les mesures mises en place réduisent le coût du pari sur une dépréciation de la monnaie. Après sa plus forte hausse trimestrielle (+4%) en 12 ans face au dollar américain, cette pause pourrait n’être que temporaire.

Sur de bons rails

L’économie mondiale se redresse beaucoup plus rapidement que prévu. La réaction précoce et musclée des autorités – tant au niveau des politiques monétaires que des mesures de relance budgétaire – a permis d’amortir le choc économique lié au confinement d’une grande partie de la population durant près de deux mois. Dans la plupart des pays développés, le redressement se manifeste aussi bien du côté du secteur manufacturier que des ventes de détail. Premier pays affecté par l’épidémie, la Chine affichera vraisemblablement une croissance légèrement positive cette année, tandis que les Etats-Unis et l’Europe devraient renouer avec les chiffres noirs en 2021. Certains secteurs restent, pour l’heure, encore durement impactés par la crise sanitaire. C’est notamment le cas des services et plus particulièrement du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, où le retour à la normale n’est pas pour demain.

Il semble au demeurant que le monde apprenne à vivre avec le Covid-19. Quand les mesures de distanciation sociale et d’hygiène ne se révèlent pas assez efficaces, des décisions ciblées de limitation temporaire des libertés suffisent apparemment à contenir une épidémie qui continue de se propager, mais dont le taux de morbidité est en net recul par rapport au printemps dernier. La prise en charge et le traitement des malades connaissent aussi des progrès, dans l’attente d’un ou plusieurs vaccins que les experts nous annoncent pour le premier semestre de 2021. D’ici là, les banques centrales peuvent se permettre de prolonger leurs politiques monétaires extrêmement accommodantes, la question étant toutefois de savoir si cette détente se traduira à terme par un réveil de l’inflation. Un tel scénario entraînerait certainement une remontée des taux d’intérêt sur les obligations de longue échéance. Dans ce contexte, les marchés obligataires offrent peu d’opportunités.

Parmi les grandes classes d’actifs, ce sont les actions qui offrent les meilleures perspectives. Les valorisations sont certes un peu élevées, notamment aux Etats-Unis, mais la reprise de l’économie mondiale devrait rapidement permettre aux bénéfices des entreprises de repartir à la hausse. En voyant l’optimisme des investisseurs atteindre des sommets durant l’été, nous avions tactiquement et momentanément réduit les actions américaines dans les portefeuilles au début septembre. Or la correction survenue ces dernières semaines a tempéré l’enthousiasme des opérateurs. Nous réaugmentons donc les actions américaines dans les grilles d’investissement, tout en gardant à l’esprit que l’élection présidentielle américaine et l’évolution de la pandémie pourraient générer une certaine volatilité sur les marchés à court terme.

 

 

Pays émergents : des opportunités en perspective

La reprise économique a poursuivi la trajectoire singulière qu’elle avait entamée depuis le début de la crise sanitaire. Entre autres, le décalage entre pays émergents et pays développés s’est renforcé au niveau de la production et de la consommation. La première a été le principal moteur de la reprise de l’économie chinoise, l’« usine du monde » étant appelée à répondre à une flambée de la demande de biens d’équipements médicaux et de produits électroniques destinés au télétravail. La seconde, quant à elle, a connu une reprise en « V » dans les économies industrialisées, qui ont bénéficié des mesures sans précédent mises en œuvre par leurs banques centrales.

Reste maintenant à savoir où se situent les opportunités de rattrapage. Tout d’abord, le secteur chinois de la consommation reste à la traîne. L’e-commerce a incontestablement été le premier bénéficiaire du confinement, mais les services plus traditionnels nécessitant une présence physique peinent à retrouver leur niveau d’activité antérieur, notamment dans le tourisme et la restauration. Ce sont précisément ces segments qui devraient offrir le plus grand potentiel de rattrapage. Grâce à la période de vacances que la Chine connaît traditionnellement au début octobre, le tourisme domestique montre actuellement des signes encourageants. Les pays émergents hors Asie pourraient aussi être source d’opportunités. L’Amérique latine, notamment, a eu du mal à contrôler l’épidémie jusqu’ici, et la performance des marchés boursiers comme des devises locales continue de s’en ressentir.

Une fois encore, ce sont justement de tels marchés qui devraient receler le plus grand potentiel de rattrapage en cas de nouvelles positives sur le front immunologique ou de distribution de vaccins à la population. Ces pays pourraient ainsi espérer revenir à la normale et endiguer les conséquences négatives du coronavirus pour leurs économies.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires