Point sur les marchés – 13 juillet 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Empty long road on a sunny summer day at bright sunset

L'essentiel

Le financement social total en Chine, une mesure des fonds que l’économie réelle obtient du système financier, est resté en hausse de 12,8% en juin par rapport à l’année dernière. Cela reflète les mesures d’assouplissements de Pékin visant à accélérer la croissance du crédit pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Alors que les publications de résultats pour le deuxième trimestre 2020 débutent cette semaine aux Etats-Unis, le consensus des analystes semble ignorer les nombreux signes de reprise de l’activité durant les trois derniers mois. Ainsi, les attentes à l’égard des sociétés restent extrêmement conservatrices et nous anticipons des surprises positives, à même de soutenir les marchés actions.

Le gouvernement britannique vient d’annoncer des mesures de relance supplémentaires, avec à la clé des primes de retour à l’emploi et des baisses de TVA. Celles-ci viennent compléter le plan d’aide annoncé en mars équivalent à 25% du PIB. D’autres mesures pourraient suivre en automne, le Royaume-Uni étant un des pays les plus touchés par le Covid-19 au sein de l’Europe.

Le surendettement des Etats n’est pas un problème, pour l’instant

Afin de réveiller un marché automobile en berne depuis l’éclatement de la crise du Covid-19, certains constructeurs recourent à des offres originales, qui permettent par exemple au consommateur de prendre immédiatement livraison d’une voiture neuve, sans avoir à se soucier de son financement avant 2022. Une démarche qui, somme toute, ressemble beaucoup à ce que l’on observe actuellement sur le front de la dette gouvernementale. Des plans de relance énormes ont été adoptés un peu partout dans le monde, afin d’atténuer les conséquences économiques négatives liées aux mesures de confinement des populations. Les montants dépassent les ressources mobilisées par les gouvernements au lendemain de la crise des subprimes et impliquent à terme une forte augmentation de la dette des Etats. Le marché obligataire, lui, ne s’en soucie guère, puisque cet effort est largement financé par les grandes banques centrales au travers d’importants plans de rachats d’actifs. Au jeu de la monétisation de la dette des Etats, la Réserve fédérale américaine et la Banque Centrale Européenne sont les plus actives. Mois après mois, elles alignent les milliards pour racheter des obligations gouvernementales et éviter que cet envol généralisé des déficits budgétaires n’occasionne une tension sur les taux. Ces plans ont été très efficaces à ce jour puisque les rendements gouvernementaux restent proches des planchers historiques y compris pour les pays plus fragiles du sud de l’Europe qui ont été durement frappés par la crise sanitaire. Les économistes s’accordent toutefois à dire que cette politique peu orthodoxe de financement des déficits doit rester temporaire. Tous les exemples de recours durable à la planche à billets au cours de l’histoire ont abouti à un retour plus ou moins incontrôlé de l’inflation. Il est donc probable que les banquiers centraux remisent au placard leurs outils les moins conventionnels une fois l’économie rétablie, à plus forte raison s’ils constatent un rebond des prix sur fond de début de démondialisation et de relocalisation de certains circuits de production. Il faudra alors s’attendre à un début de redressement des taux sur les marchés obligataires. Les emprunts de moindre qualité comme les obligations d’entreprise ou la dette émergente seront moins sensibles à une tension sur les taux et tendront par conséquent à surperformer les emprunts des gouvernements de la meilleure qualité.

Japon - Une relance olympique

Malgré l’annulation des Jeux olympiques de Tokyo prévus cet été, le Japon a conservé l’esprit de compétition : avec son plan de relance budgétaire représentant plus de 40% du PIB, il se place largement en tête pour ce qui est des mesures de soutien visant à atténuer l’impact économique de la pandémie.

Si la rapidité de la reprise des marchés financiers a surpris d’une manière générale, c’est d’autant plus vrai pour la bourse japonaise, compte tenu des dégâts que le Covid-19 a infligés à l’économie du pays. A titre d’exemples, les commandes de machines-outils sont en baisse de 53% sur un an et la confiance des consommateurs se trouve actuellement à un niveau inférieur à celui qu’il affichait lors de la crise financière de 2008.

Par ailleurs, en raison des restrictions de voyage, le nombre de touristes étrangers dans l’Archipel a chuté de 99,9% en mai par rapport à l’an dernier, pour atteindre 1700 par mois (soit 55 personnes par jour), un chiffre difficilement comparable aux près de 3 millions de visiteurs enregistrés pendant le seul mois de juillet 2019. Le secteur automobile est l’un des rares à montrer des signes encourageants : à la fois cyclique et discrétionnaire, il tire pour une fois son épingle du jeu, grâce notamment à la hausse des ventes de véhicules induite par l’utilisation limitée des transports publics.

Dans un tel contexte, le récent rebond des actions nippones s’explique sans doute en grande partie par les interventions de la Banque du Japon. Or les amateurs d’épreuves d’endurance le savent bien : démarrer trop vite, c’est risquer de manquer d’énergie pour terminer la course. A ce rythme, le marché japonais pourrait bien vite s’essouffler, raison pour laquelle nous préconisons une exposition diversifiée et prudente à court terme.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires