phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés-14 décembre 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter

L’essentiel

Les fonds alternatifs ont pleinement profité du rebond des marchés de novembre. Ils continuent sur la bonne dynamique initiée en avril et terminent l’année sur une hausse solide.

La croissance des exportations chinoises s’est fortement accélérée pour atteindre 21,1% sur un an en novembre, grâce notamment à une forte demande de produits liés au confinement à la suite de la résurgence du coronavirus dans certains pays développés. Malgré les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine sous la présidence de Trump, la Chine a fait état d’un excédent commercial record avec les États-Unis, atteignant 37.4 milliards de dollars.

L’enquête Tankan de décembre montre que le climat des affaires au Japon continue de se redresser et de s’améliorer plus rapidement que prévu, en particulier dans le secteur manufacturier. En revanche, l’enquête sur les perspectives pointe sur une dégradation du secteur des services, reflétant les inquiétudes sur les impacts d’une troisième vague de Covid-19.

Une répression extrême !

L’année 2020 aura été inédite a bien des égards et le marché obligataire mondial      n’échappe pas à ce contexte exceptionnel. Il termine l’année à un record de rendements négatifs. Et on ne parle pas ici de performances négatives, puisqu’une majorité de segments du marché affiche des résultats positifs à commencer par les obligations gouvernementales américaines en hausse de près de 8% cette année. Ce qui caractérise le marché obligataire actuellement, c’est le nombre d’emprunts se négociant à des rendements négatifs. A l’échelle mondiale, l’encours total d’obligations à rendement négatif a atteint un nouveau record de 18’000 milliards de dollars américains. Un contexte que les investisseurs suisses connaissent bien depuis l’abandon du taux plancher sur l’euro par la Banque Nationale Suisse en 2015 et l’instauration de taux négatifs visant à dissuader l’achat du franc suisse par les étrangers. Mais les rendements négatifs ne sont plus l’apanage exclusif des obligations de la Confédération, puisqu’une majorité de gouvernements européens se finance aujourd’hui à des taux négatifs y compris certains pays méditerranéens dont la solidité financière était mise en doute il y a encore peu. D’ailleurs, les rendements négatifs se sont propagés hors du cercle des emprunts souverains et concernent également certaines obligations de sociétés désormais. Ce phénomène rare a des causes multiples, à commencer par le contexte d’inflation durablement basse. Mais c’est surtout du côté des banques centrales qu’il faut se tourner. Leurs politiques monétaires ultra-accommodantes visent à relancer une économie mondiale ébranlée par la crise sanitaire.

Les grands argentiers maintiennent les taux d’intérêt à des niveaux anormalement bas afin de dissuader l’épargne, d’encourager l’investissement et la prise de risque, et de favoriser les emprunteurs. On parle ainsi de répression financière. Mais tout laisse penser que ce phénomène qui a atteint son apogée en cette fin d’année doit progressivement refluer dans les mois à venir. La commercialisation de vaccins efficaces qui vient de débuter laisse en effet espérer une ré-accélération économique. Celle-ci pourrait d’ailleurs être assez brusque en raison des énormes sommes injectées par les autorités. L’étude de crises précédentes montre que l’impact de ces injections est souvent retardé dans le temps et que ses effets persistent bien après que les que les banques centrales commencent à drainer ces liquidités. Lorsque les marchés commenceront à anticiper la fin de cette période de répression financière, une remontée des rendements obligataires est probable. Nous anticipons que ce rebond des taux d’intérêt sera progressif, mais nous surveillerons un éventuel réveil inattendu de l’inflation dans le courant d’une année 2021 qui, on l’espère, sera celle du retour à une certaine normalité économique et sanitaire.

Europe : des avancées importantes oc-cultées par le Brexit

La BCE était attendue au tournant et dans l’ensemble elle n’a pas déçu les attentes : elle va accroître de EUR 500 milliards son programme de rachats d’actifs d’urgence pandémique et l’étendre jusqu’en mars 2022. Ce recalibrage est bien entendu nécessaire pour assurer des conditions de financement favorables jusqu’à ce qu’une immunité de groupe soit atteinte grâce au vaccin et que le fonds de reprise de l’Union européenne devienne opérationnel. Ces nouvelles étaient largement anticipées eu égard au fort rebond récent des bourses européennes. Elles avaient déjà profité des annonces prometteuses sur le front des vaccins ainsi que de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine. Ces développements ont en effet redonné des perspectives aux investisseurs en termes de reprise économique, l’Europe ayant été très touchée par la deuxième vague de la pandémie. A notre sens, tout est réuni pour une poursuite du rattrapage des bourses européennes.

D’une part, grâce aux vaccins, l’économie de la région devrait rebondir fortement. D’autre part, le fonds de relance et le budget européen sont désormais prêts à être déployés suite au retrait du véto par la Pologne et la Hongrie. Il s’agit d’un signal important attestant d’une nouvelle dynamique au sein de l’Union européenne et d’un axe franco-allemand renforcé. Enfin, les valorisations sont attrayantes comparées à d’autres régions. Il ne reste plus que les incertitudes entourant le Brexit. Si celles-ci sont levées, les étoiles européennes seront alors toutes alignées.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires