Point sur les marchés – 17 décembre 2018

Nos analystes vous présentent un résumé de l’actualité économique de la semaine.

Nous contacter
headquarters of the Federal Reserve in Washington, DC, USA,FED

L'essentiel

Les analystes ont commencé à abaisser leurs chiffres de croissance pour les bénéfices 2019 des entreprises du S&P 500. Ce processus d’ajustement est tout à fait normal et ces révisions ne sont pas plus importantes que ce qui s’est observé durant les années précédentes. Elles devraient en outre rendre la tâche plus facile aux entreprises qui publient leurs résultats.

Les données publiées en Chine continuent d’indiquer un ralentissement progressif de l’économie. La croissance annuelle de la production industrielle a baissé à 5,4% et les ventes au détail à 8,1%, tous deux légèrement inférieures aux attentes. Toutefois, l’investissement en actifs immobilisés a accéléré par rapport à la même période l’an dernier.

L’écart entre les taux souverains italiens et allemands a nettement diminué depuis que le gouvernement de coalition en Italie se montre plus accommodant avec la Commission européenne et a réduit son objectif de déficit budgétaire pour 2019.

Mario range la presse à billets avant de partir

Une parenthèse relativement longue se referme en cette fin d’année sur le Vieux-continent, puisque la Banque Centrale Européenne met fin à son programme d’assouplissement quantitatif débuté en mars 2015. Au total, la BCE aura injecté 2’600 milliards d’euros pour aider au redressement de l’économie de la zone euro suite aux chocs consécutifs de la crise des subprimes de 2008 et celle des dettes souveraines européennes débutée à l’automne 2010. Mission accomplie pour Mario Draghi ? La réponse doit être nuancée. Certes, la confiance a été restaurée en Europe, on a empêché un blocage de son système financier et évité une phase de déflation durable dont il est toujours difficile de s’extraire comme l’ont démontré les exemples de la Grande dépression des années 30 et de l’éclatement de la bulle immobilière japonaise dans les années 90. Mais la fin de ce soutien arrive alors que la croissance européenne marque le pas et que les chiffres de l’inflation s’éloignent de l’objectif de 2% visé par la BCE. Les prévisions des grands argentiers européens tablent en effet sur une inflation annuelle qui retombe à 1.6% en 2019 notamment en raison de la baisse des cours du pétrole. Et l’inflation sous-jacente (hors effets volatils liés à l’énergie et à l’alimentation) peine à redresser la tête aux alentours de 1% depuis près de cinq ans. Comme dans la plupart des pays industrialisés, l’inflation en fin de chaîne semble freinée par de profonds changements structurels liés à la digitalisation. La prévision d’un redressement de l’inflation de base vers 1.4% en 2019 faite par la BCE semble dès lors très ambitieuse. Si M. Draghi peut donc partir en retraite en octobre avec le soulagement d’avoir refermé cet épisode de politique monétaire non conventionnelle, le contexte ne se prête pas encore à une première hausse de taux. Il laissera donc en principe cette décision à son successeur. La dynamique est très différente en ce qui concerne la Réserve fédérale américaine qui se réunit cette semaine. Si la solidité de l’économie américaine plaide pour un quatrième relèvement des taux cette année, la détérioration des perspectives en dehors des Etats-Unis, le recul des anticipations inflationnistes, les risques liés à la guerre commerciale et le pessimisme ambiant sur les marchés financiers devraient l’inciter à un changement de ton en vue de 2019. Il n’est pas exclu d’envisager des hausses de taux plus espacées, voire tout simplement une pause.

Pétrole : espoir d’équilibre entre l’offre et la demande ?

Depuis un plus haut atteint au début octobre, le pétrole en baisse de plus de 30% traite à 51$ (WTI). Alors que les intervenants craignaient après l’été une offre insuffisante à cause des sanctions contre l’Iran, la hausse continue de la production américaine a douché l’enthousiasme. Le marché reste en effet fragile depuis le crash de 2014 et la constitution d’inventaires de cette époque n’a toujours pas été totalement résorbée et est même repartie à la hausse à la fin novembre.
Face à ce déséquilibre entre l’offre et la demande, l’OPEP et la Russie ont décidé le 7 décembre de baisser leur production de 1.2m de barils par jour à partir de janvier. Ces pays préfèrent défendre le prix aux dépens de leurs parts de marché, alors que le producteur mondial le plus important (les Etats-Unis) continue d’accroître sa production à un rythme record, bénéficiant de coûts de production en baisse constante grâce aux évolutions technologiques dans le pétrole de schiste.

Cette annonce récente a permis de stabiliser les cours, aidée par un sentiment très négatif et des positions à découvert très importantes. Pour espérer un rebond durable depuis les niveaux actuels, nous attendrons une baisse des inventaires durant le premier trimestre 2019, ce qui traduira un meilleur équilibre entre l’offre et la demande.

Dans cet environnement, nous préférons les sociétés énergétiques intégrées comme Royal Dutch par rapport aux entreprises actives dans les services pétroliers.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Maecenas consequat purus orci, nec bibendum massa lobortis imperdiet. Vestibulum vel urna efficitur, hendrerit felis sed, interdum enim. Aenean aliquet urna libero, eu posuere arcu volutpat eu. Pellentesque ut metus imperdiet, consequat velit sed, egestas augue. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Praesent convallis neque vitae tempor volutpat. Maecenas scelerisque semper dolor id cursus. In vitae justo in eros ornare hendrerit et id tellus. Suspendisse posuere nisl non consectetur consequat. Morbi egestas nunc et nisl dapibus, a consectetur lacus lacinia. Etiam feugiat ante eget luctus varius. Curabitur rutrum, velit eget molestie molestie, ipsum arcu ornare tortor, faucibus congue arcu est eu risus. Sed ut tellus dui. Phasellus feugiat quis ligula eu pretium.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires