Point sur les marchés – 2 juin 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Rainbow over the summer field

L'essentiel

Les inscriptions au chômage ont continué leur décrue la semaine passée aux Etats-Unis. Alors qu’elles avaient dépassé les six millions au plus fort de la crise, les demandes d’indemnité ont reculé à deux millions. Dans ce contexte de reprise rapide de l’activité, nous anticipons une normalisation du taux de chômage dans les prochaines semaines, ce qui devrait préserver la confiance du consommateur.

Alors que les investisseurs retrouvent leur appétit pour le risque, les grosses capitalisations défensives suisses sont à la peine. Les petites valeurs de la cote helvétiques ont largement devancé leurs grandes sœurs et ont à présent rattrapé tout le retard accumulé depuis le début de la crise au mois de mars. Nous nous attendons à une poursuite de cette tendance sur les prochaines semaines.

Le PMI manufacturier chinois de Caixin a surpris le marché en rebondissant à 50,7 contre 49,4 en avril et 49,6 attendu par le consensus. Bien que le sous-indice des commandes à l’exportation ait fortement rebondi à 41,7 en mai (contre 33,7 en avril), il reste bien en dessous du seuil de 50, suggérant une faiblesse persistante des nouvelles commandes à l’exportation.

Il ne fallait surtout pas vendre en mai !

Un adage bien connu de la communauté financière recommande de vendre les actions au mois de mai (“sell in May and go away”). Il se base sur des observations historiques qui indiquent que les performances boursières obtenues sur le semestre allant de mai à octobre sont habituellement inférieures à celles réalisées sur la période de six mois couvrant novembre à avril. Bien entendu, il s’agit d’observations moyennes sur longue période qui ne se vérifient pas toutes les années. Le suivi systématique de cette maxime n’était d’ailleurs pas vraiment judicieux ces dernières années. Pour l’instant, l’adage ne semble pas se confirmer en cette année 2020 si particulière. La performance des bourses mondiales a en effet été très solide en mai avec des progressions de près de 5% sur les grands indices des actions américaines et européennes. Certains marchés affichant même des résultats supérieurs. Ces belles performances saluent le reflux de l’épidémie de Covid-19 et le déconfinement progressif de la plupart des principales économies de la planète. Ceci s’accompagne de l’espoir d’une nette ré-accélération de l’activité au deuxième semestre portée notamment par les gigantesques plans de soutien économique débloqués par de nombreux gouvernements et banques centrales. Les indicateurs économiques avancés confirment d’ailleurs que le redressement est en cours un peu partout. La rotation sectorielle observée depuis une quinzaine de jours sur les bourses témoigne d’ailleurs d’un changement de sentiment des investisseurs à l’égard de l’économie. Les secteurs cycliques, qui étaient délaissés durant la première phase de rebond des bourses, commencent enfin à rattraper le terrain perdu. Cette rotation a notamment favorisé les sociétés financières et indus-
trielles de même que les petites et moyennes entreprises. Ce retour de confiance à l’égard de la santé de l’économie mondiale peut également être observé sur le marché obligataire. Les segments plus risqués comme les emprunts à haut rendement ou la dette émergente effectuant leur grand retour après un début d’année très difficile. On guettera un éventuel excès d’optimisme des investisseurs dans un contexte géopolitique toujours tendu et alors qu’une deuxième vague de l’épidémie ne peut être écartée d’ici l’automne. Mais sur le court terme, la bonne dynamique des marchés semble pouvoir perdurer. Sur les devises, un changement de régime semble également en cours et l’euro profite d’un retour d’optimisme à l’égard de l’Europe. Nous renforçons d’ailleurs la monnaie européenne dans les portefeuilles basés en franc suisse en dénouant partiellement les couvertures à terme.

Europe : Un nouveau souffle !

L’annonce est inédite : la Commission européenne a proposé un plan de relance de 750 milliards d’euro avec la création d’une dette européenne commune. L’objectif est de venir en aide aux régions et aux secteurs les plus touchés par la pandémie afin de sortir le Vieux Continent d’une récession d’une ampleur exceptionnelle. L’approbation de ce plan prendra sans doute du temps, car il y a encore des obstacles et l’argent ne sera pas disponible tout de suite. Mais nous devons voir le contexte plus large : ce sera le plus gros plan de relance budgétaire jamais débloqué dans l’histoire de l’Union européenne, qui vient compléter les mesures déjà lancées par la Banque Centrale Européenne. Et au-delà du plan lui-même, c’est un signal fort de la nouvelle volonté des dirigeants de renforcer l’Union en avançant ensemble d’une manière plus coordonnée.

Les bourses ont salué la nouvelle. Ce nouveau fonds de relance marque potentiellement un tournant et devrait mener à une diminution de la prime de risque sur les actions de la zone euro. De plus, ces développements arrivent dans une période où les attentes vis-à-vis de l’Europe sont basses et la valorisation relative (notamment envers les Etats-Unis) est faible. Comme ailleurs, les bourses européennes ont rebondi depuis leurs plus bas du mois de mars, mais elles affichent du retard notamment par rapport à la bourse américaine. Dans ce contexte, nous pensons que les bourses de la région pourraient faire l’objet d’un rattrapage. Celui-ci serait porté par les avancées sur le front politique et économique. 

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires