Point sur les marchés – 21 octobre 2019

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Bank Finance Piguet Galland & Co

L’essentiel

Le Fonds Monétaire International (FMI) a une nouvelle fois coupé ses projections de la croissance mondiale pour 2019 (3% contre 3.2%) et 2020 (3.4% vs 3.5%). Les politiques de relance des banques centrales et un apaisement de la guerre commerciale devraient écarter le risque de nouvelles révisions baissières.

Si moins de 10% du S&P 500 a publié ses résultats, on peut déjà dire que cette saison s’annonce sous de bons auspices. La tâche est facilitée pour les entreprises par les attentes extrêmement prudentes des analystes. Cela devrait conduire à de nombreuses surprises positives, à l’image des 75 sociétés qui ont révélé des bénéfices en moyenne 4% supérieurs aux attentes.

Au cours du dernier trimestre, la croissance de l’économie chinoise a atteint son plus bas niveau en près de trois décennies. Ce ralentissement, passé de 6,2% au trimestre précédent à 6%, peut sembler alarmant au premier abord mais reflète simplement une normalisation progressive, indépendamment de la question des tarifs douaniers.

 

Au finish !

Plus de trois années se sont écoulées depuis le référendum au cours duquel les britanniques se sont prononcés pour une sortie de l’Union Européenne. Comme souvent, ce divorce se fait dans la douleur et les éclats. Du côté européen, les nations se sentent trahies par un allié de longue date. Outre-Manche, le paysage politique est décomposé et le peuple profondément divisé. Certains gardent encore l’espoir d’un abandon de ce projet, c’est le cas d’une partie du parlement britannique. Ces espoirs risquent bien d’être déçus.

Le premier ministre Johnson semble farouchement déterminé à délivrer la promesse faite il y a quelques mois, à savoir de respecter la date butoir du 31 octobre. Et il use de tout son talent politique pour conduire le pays vers cette échéance. Il a ainsi arraché un nouvel accord à ses partenaires européens en évacuant la question sensible de la réintroduction d’une frontière entre la République d’Irlande et sa voisine britannique l’Irlande du Nord. Il a de grandes chances désormais de réussir à obtenir l’assentiment du parlement de Westminster malgré un premier refus en fin de semaine dernière. Car il réussit à confronter ses rivaux politiques à leurs propres contradictions.

Comment s’obstiner à refuser un accord raisonnable après avoir longtemps cherché l’assurance qu’un Brexit sans « deal » ne puisse arriver. Voilà le casse-tête qui se présente aux travaillistes qui devront sans doute la mort dans l’âme concéder une victoire politique à Boris Johnson sous peine d’une perte durable de crédibilité auprès de leur électorat. Ce d’autant que le premier ministre entretient la menace d’un « No deal » improbable. Et, de son côté, l’Union européenne lassée par ce serpent de mer hésite pour l’instant à accorder un nouveau report du Brexit. Tant le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qu’Emmanuel Macron font maintenant comprendre qu’il est temps de refermer le dossier du Brexit et se projeter dans l’avenir. La pression monte à Londres à la veille d’un moment historique qui sera regretté par certains et applaudi par les autres. Si, comme nous le pensons, le « deal » de Boris Johnson devait être accepté par le parlement, la réduction de la prime politique devrait provoquer un redressement de la livre sterling et un soutien pour les actions européennes. Pour les actions britanniques, l’impact pourrait être plus mitigé. Les valeurs très internationales pourraient pâtir de la force de la livre, tandis que les titres plus domestiques profiteraient du recul des incertitudes.

L’art de la négociation

Cette guerre commerciale amorcée il y a plus d’un an est marquée par une succession d’événements et de discours qui se répètent inlassablement, selon un scénario qui n’est pas sans rappeler le célèbre film « Un jour sans fin ». Dans cet environnement instable, il n’est pas facile de faire le décompte des taxes et des montants imposés sur les importations. Résultat, cette valse-hésitation complique le positionnement à court terme et empêche de se prononcer avec conviction sur la probabilité d’un accord commercial.

Que nous réserve le reste de l’année 2019 ? Un accord commercial, même provisoire, serait bien accueilli par les marchés. Cependant, face à un adversaire américain aussi imprévisible, rien n’incite en effet Pékin à accepter des compromis hâtifs, d’autant qu’un accord peut être réfuté à tout moment par le président Trump ou par son éventuel successeur en 2020. En tout état de cause, la Chine a réussi à faire durer ces négociations sur plus d’un an, ce qui lui a permis de gagner du temps et de suspendre ses mesures de désendettement. Elle est désormais mieux armée pour s’engager dans une longue bataille, une position clairement mentionnée dans le discours tenu par Xi Jinping au début septembre.

Pour conclure un accord à ce stade, Pékin pourrait exiger davantage de concessions de la part de Donald Trump qui, de son côté, se prépare à partir en campagne en vue d’une réélection. Si la probabilité d’un accord reste faible, celle d’une nouvelle escalade l’est également. D’autant que l’impact des taxes douanières commence à se faire sentir aux Etats-Unis. Toutefois, au vu des mesures prises par les banquiers centraux et des valorisations attrayantes affichées par les marchés émergents en comparaison géographique et historique, nous considérons que les risques à la baisse sont limités et qu’une surperformance est possible en cas de conclusion d’un accord avant la fin de l’année.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires