Point sur les marchés – 26 mars 2018

Le résumé sur l’actualité économique de la semaine.

Nous contacter
The top of Matterhorn peak in clouds, Switzerland

L’essentiel

Les indicateurs avancés tels que les directeurs d’achat (PMI) de la zone euro et l’indice de confiance des industriels en Allemagne (IFO) ont corrigé à partir de niveaux très élevés. L’Allemagne, avec sa large base exportatrice est particulièrement touchée, laissant supposer que la hausse de l’euro commence à avoir un impact.

Le pétrole a progressé de près de 6% sur la semaine écoulée. Le cours du Brent a dépassé le seuil des 70 dollars sur fond de demande vigoureuse et de tensions géopolitiques notamment autour de l’accord sur le nucléaire iranien qui est remis en question par les Etats-Unis. Un rétablissement des sanctions pénaliserait les exportations de brut de la République islamique.

Facebook a agi comme détonateur pour déclencher une correction sur le secteur technologique cette semaine. La protection des données est un sujet sensible qui montre une difficulté croissante à exploiter ces informations précieuses dans le respect des utilisateurs. La thèse structurelle de croissance sur la technologie reste toutefois valide et la faiblesse boursière offre une opportunité d’achat.

L’économie mondiale garde le cap dans des eaux plus agitées

La volatilité s’est invitée sur les marchés financiers en ce début d’année. Cela n’a rien de surprenant. L’évolution haussière sans à-coups connue par les bourses tout au long de l’année 2017 tenait de l’exceptionnel plus que de la norme. A ce stade avancé du cycle économique, une plus grande disparité des performances est habituelle. Elle provient notamment de l’adaptation des anticipations des investisseurs quant à l’évolution future des politiques monétaires. Actuellement, les craintes tournent avant tout autour de l’inflation. Bien que l’évolution des prix reste étonnamment contenue dans le monde, les investisseurs guettent les premiers signes de dérapage des salaires. S’il est pour l’instant freiné par des changements structurels liés notamment à la digitalisation de l’économie, un certain rebond des salaires semble néanmoins inéluctable dans des pays proches du plein emploi comme les Etats-Unis. Des aspects géopolitiques ont également impacté les marchés financiers dernièrement. Des tensions réapparaissent notamment au Moyen-Orient et dans le nord de l’Asie. De plus, face à un creusement toujours plus important du déficit commercial américain notamment à l’égard de la Chine, le président Trump retrouve le ton agressif de sa campagne présidentielle et brandit la menace de l’imposition de droits de douane sur les importations américaines de certains biens et services. Ces gesticulations tiennent peut-être plus de la tactique de négociation que d’une réelle volonté de déclenchement d’une guerre commerciale dont aucun pays ne sortirait gagnant. Au-delà du contexte de l’inflation, les principales banques centrales garderont donc un œil sur les risques économiques posés par cette attitude plus belliqueuse quitte à ralentir ou reporter la très attendue normalisation des politiques monétaires dans le monde. Fort heureusement, ces tensions réapparaissent à un moment où l’économie mondiale a retrouvé chemin d’une croissance solide et homogène. Si l’on écarte le scénario négatif d’une guerre commerciale à large échelle, le contexte se prête encore à une surperformance des actions notamment face à des placements obligataires peu rémunérateurs et exposés à une tension sur les taux. Cette remontée des rendements obligataires est plus particulièrement attendue en Europe où la politique de taux zéro voire négatifs touche à sa fin. Nous réduisons par conséquent les obligations européennes dans les portefeuilles au profit des liquidités. Après leur baisse récente, les actions ont retrouvé un niveau de valorisation plus raisonnable dans un contexte de forte progression des bénéfices des entreprises. Les valorisations restent plus attrayantes en dehors des Etats-Unis et plus particulièrement sur les places européennes qui sont loin d’avoir renoué avec leurs plus hauts historiques. Le Japon affiche également un fort potentiel de rattrapage, bien que cette bourse devra peut-être composer avec un début de remontée de la monnaie nippone. D’ailleurs, la couverture partielle du yen dans les portefeuilles par le biais de changes à terme ne fait désormais plus de sens.

 

Relations commerciales : roulette chinoise ?

La semaine a été très difficile pour les marchés avec des baisses de 3% à 6% sur les principales bourses. La raison principale est évidemment liée aux tensions commerciales grandissantes entre les Etats-Unis et la Chine. En effet, si les tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium visaient une application à l’échelle mondiale, les exceptions ont depuis exclut toute la planète sauf l’Empire du Milieu. Pour être certain que ce message est bien capté par Pékin, une deuxième salve ciblant USD 50Mds d’importations chinoises a été annoncée dont les détails ne sont pas encore connus.

Pourtant, si cette approche de type «Far West» est pour le moins inattendue au 21ème siècle, notre scénario de base reste que M. Trump utilise une approche musclée pour obtenir des résultats rapidement à la table des négociations. Dans ce cadre, il est intéressant que des pourparlers entre M. Mnuchin (Secrétaire du Trésor) et M. Liu He (vice-premier chinois) ont eu lieu ce weekend.

Cela devrait aboutir à un engagement de réduction du déficit commercial (USD 100Md par ex) en combinant une certaine retenue de la Chine sur ses exportations et, surtout, une plus grande ouverture de ses marchés aux produits américains. Ceci ne serait pas forcément détrimental à la 2ème économie mondiale dans la mesure où elle pourrait ainsi acquérir des biens et services en vue de moderniser son économie et renforcer la consommation interne.

 

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Maecenas consequat purus orci, nec bibendum massa lobortis imperdiet. Vestibulum vel urna efficitur, hendrerit felis sed, interdum enim. Aenean aliquet urna libero, eu posuere arcu volutpat eu. Pellentesque ut metus imperdiet, consequat velit sed, egestas augue. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Praesent convallis neque vitae tempor volutpat. Maecenas scelerisque semper dolor id cursus. In vitae justo in eros ornare hendrerit et id tellus. Suspendisse posuere nisl non consectetur consequat. Morbi egestas nunc et nisl dapibus, a consectetur lacus lacinia. Etiam feugiat ante eget luctus varius. Curabitur rutrum, velit eget molestie molestie, ipsum arcu ornare tortor, faucibus congue arcu est eu risus. Sed ut tellus dui. Phasellus feugiat quis ligula eu pretium.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires