Point sur les marchés – 27 janvier 2020

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Paysage suisse

L’essentiel

Le bilan du coronavirus évolue extrêmement rapidement et il est encore difficile de comparer les répercussions par rapport à l’épisode du SRAS en 2003. Outre les effets indirects liés à la peur de la contamination, le secteur de la consommation discrétionnaire reste le plus directement concerné, notamment les sociétés dans le transport, l’hôtellerie et le tourisme.

Grâce à la diminution des incertitudes liées aux tensions commerciales et au Brexit, le PMI du secteur pour la zone euro a rebondi plus que prévu, tiré notamment par l’Allemagne. L’évolution des statistiques de ces derniers mois laissent présumer que le fond a sans doute été atteint en septembre.

Les marchés financiers, notamment le marché obligataire, ont bien réagi aux résultats des élections régionales en Emilie-Romagne avec l’arrivée en tête du Parti Démocrate. Cette victoire devrait diminuer les risques d’une fragmentation politique à court terme. M. Salvini de la Ligue du Nord comptait en effet sur ces élections pour pousser le gouvernement actuel à la démission et à l’organisation de nouvelles élections.

Une reprise mondiale dessert le billet vert

Le dollar a incontestablement bénéficié d’un différentiel de taux favorable au cours des deux dernières années. Durant cette période d’incertitude géopolitique et d’effritement de la croissance mondiale, d’importants flux de liquidités se sont déversés sur le marché des capitaux américain. Les investisseurs, à la recherche de placements rémunérateurs dans un océan de taux négatifs, étaient alors prêts à fermer les yeux sur le dérapage du double déficit étasunien (budgétaire et commercial). Mais le contexte n’est plus le même, et le dollar a quelque peu perdu de son attrait. Le changement de cap radical de la Réserve fédérale et les baisses de taux qu’elle a décidées ont réduit le différentiel en faveur du billet vert. En outre, la Chine et les Etats-Unis ont déclaré une trêve dans le différend commercial qui les oppose. Cette accalmie laisse entrevoir une ré-accélération du commerce international et de l’activité industrielle dans le monde, ce qui devrait être particulièrement favorable aux pays émergents. Un tel contexte tend généralement à pénaliser le dollar, notamment au profit des monnaies les plus sensibles à la croissance mondiale. C’est notamment le cas des devises émergentes, qui semblent donc bien placées pour surperformer en 2020. A condition bien sûr que l’épidémie de coronavirus qui affecte la Chine en ce début d’année reste contrôlée et relativement brève. L’environnement qui se profile devrait, à l’inverse, s’avérer peu porteur pour une monnaie-refuge telle que le yen, à la plus grande satisfaction des autorités japonaises, qui cherchent par tous les moyens à le déprécier afin d’enrayer définitivement les pressions déflationnistes qui continuent de peser sur l’Archipel. La Banque nationale suisse, quant à elle, croise les doigts pour que le franc suive la même tendance. Pour l’instant, il n’en prend pas le chemin, sans doute en raison de la réticence que montre la BNS à abaisser encore son taux directeur, déjà en territoire négatif. En effet, dans les milieux économiques suisses la politique de taux d’intérêt négatifs est toujours plus contestée. Par ailleurs, les autorités américaines surveillent de très près les décisions de la BNS et menacent de ranger la Suisse parmi les pays manipulateurs de devises. Dans ce contexte, l’institut d’émission semble condamné à utiliser son bilan avec parcimonie en vue de protéger l’économie helvétique.

Japon : un marché boursier en avance sur l’économie

Pour une économie qui vient d’éviter la récession, la hausse de plus de 12% affichée par l’indice Topix depuis fin août est tout simplement saisissante. S’agissant des facteurs exogènes, les tensions commerciales se sont clairement apaisées. Une reprise mondiale est désormais attendue et cela est positif pour les entreprises japonaises exportatrices. Par contre, au niveau domestique, les ventes de détail ont accusé une baisse de 14,2% en octobre, due au relèvement de la taxe à la consommation et aux typhons qui ont balayé l’Archipel, avant de rebondir de 4,5% en novembre. Pour atténuer ces impacts négatifs, le premier ministre Abe Shinzo a approuvé un plan de relance centré sur les infrastructures et le montant total de ce programme s’élève à JPY 26’000 milliards. La contribution directe à l’économie est estimée à environ 1,4% du PIB, mais le calendrier de mise en œuvre s’étalera sur plusieurs années, avec un pic en 2020, puis une diminution progressive sur les trois années suivantes. Jusqu’à présent, la faiblesse du secteur manufacturier était compensée par la bonne tenue des services. Cependant, la hausse de la TVA et les ouragans ont pesé sur le moral des consommateurs. Malgré la reprise de novembre, une amélioration plus durable reste incertaine. En outre, la vitesse à laquelle la bourse nipponne a intégré le scénario d’une reprise cyclique laisse peu de place à la déception. L’absence de confirmation tangible d’un redressement de la conjoncture japonaise nous conduit à opter pour un positionnement plus prudent. Par conséquent, nous avons décidé de réduire de manière proactive notre exposition au Japon après le rattrapage impressionnant observé récemment.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires