Point sur les marchés – 27 novembre 2017

Point sur l’actualité économique de la semaine

Paysage hivernal (Jura suisse)

L’essentiel

Les rendements obligataires chinois à court et à long terme ont passablement progressé ces dernières semaines. Bien que cela s’inscrive dans la volonté du gouvernement de s’attaquer à l’excès d’endettement et au financement parallèle (shadow banking), le phénomène commence à induire une certaine volatilité sur les actions chinoises.

Dans la zone euro les indicateurs avancés (PMI) continuent de surprendre par leur vigueur en atteignant de nouveaux sommets et ceci malgré un euro plus fort. L’année 2018 s’annonce sous de bons auspices pour l’économie européenne.

Le dollar n’a pas réussi à confirmer sa reprise et la monnaie américaine corrige. Certes, les statistiques économiques aux USA sont bonnes, mais les données européennes sont meilleures et elles continuent de surprendre positivement les cambistes. Les quelques réserves de Mme Yellen sur la reprise de l’inflation n’ont pas aidé non plus.

Action de grâce (Thanksgiving)

La fête de Thanksgiving se tient chaque quatrième jeudi de novembre aux Etats-Unis. Elle marque le début des festivités de fin d’année. Cette fête remonte semble-t-il au début du 17ème siècle lorsque des colons du nouveau monde décidèrent de fêter des récoltes particulièrement prolifiques. Les descendants de ces colons américains ont des raisons de rendre grâce en cette année 2017, car les « récoltes » s’annoncent excellentes. En effet, l’économie américaine affiche une santé exceptionnelle et Wall Street ne cesse de battre des records. Ces conditions sont idéales en vue des ventes de détail de fin d’année. La traditionnelle frénésie d’achat des ménages américains, qui débute au lendemain de Thanksgiving (Black Friday), a toutes les raisons d’at- teindre des sommets. Il aura fallu près de dix ans pour que les ménages digèrent les effets de la crise des subprimes et de l’éclatement de la bulle immobilière. Le graduel redressement du prix des maisons auquel s’ajoutent plusieurs années de hausse de la bourse ont abouti à un important effet de richesse qui incite les ménages à accroître leurs dépenses de consommation. Un taux de chômage au plus bas depuis plus de quinze ans et un début de rebond des salaires participent également à ce retour de foi en l’avenir. Et comme l’inflation demeure faible et les taux d’intérêt restent au plancher, les conditions se prêtent à faire « chauffer » les cartes de crédit en cette fin d’année. 2017 devrait donc s’achever sur une très bonne note, mais tous les regards sont déjà tournés vers 2018. La météo éco- nomique mondiale restera-t-elle au beau fixe ou aura-t-on des lendemains qui déchantent ? L’élan conjoncturel des Etats-Unis semble devoir perdurer sur fond d’accélération uniforme à l’échelle planétaire. Mais on guettera un éventuel sursaut de l’inflation, car les agents économiques et les investisseurs semblent peu préparés à une inversion de tendance après des années de léthargie sur les prix des biens et services. On attend une accélération des salaires dans des secteurs d’activité où la main d’œuvre qualifiée commence à manquer, sans parler d’une éventuelle hausse des cours du pétrole dans un contexte géopolitique tendu au Moyen-Orient. Mais nulle raison de s’inquiéter trop vite et pour l’instant les investisseurs ont des raisons de savourer l’exceptionnel millésime.

La montée du populisme joue les troubles fêtes même en Allemagne

Alors que l’Allemagne fait les grands titres dans la presse depuis l’échec de Madame Merkel à former sa coalition, les investisseurs ne semblent nullement affectés par ces développements et continuent de parier sur une issue favorable. Plusieurs scénarios peuvent être envisagés, mais il semblerait qu’à ce stade de nouvelles élections ne soient pas une option. Plus important encore, l’augmentation des risques politiques ne devrait en aucun cas mettre en péril l’excellente santé de l’économie allemande. A ce propos, les derniers chiffres sont très parlants: le PIB du troisième trimestre a affiché une hausse de 0.8% par rapport au trimestre précédent et le taux de chômage enregistre de nouveaux points bas. Ce bon momentum devrait se poursuivre d’une part grâce à la consommation et à l’immobilier qui continueront de bénéficier de la croissance des revenus et de l’autre grâce aux exportations qui sont soutenues par la bonne tenue de l’économie mondiale.

La bourse allemande a atteint un nouveau sommet historique et enregistre une des plus belles performances au sein de la zone euro en 2017. D’ailleurs, depuis trois mois le DAX est le grand bénéficiaire du retour d’intérêt sur les valeurs cycliques. Nous sommes interpellés par la reprise du marché de l’immobilier après trente années extrêmement difficiles suite à la réunification, notamment dans le domaine des bureaux. Pour bénéficier de ce thème nous avons introduit la société Aroundtown SA à l’achat.

Pour approfondir