Point sur les marchés – 6 mai 2019

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
fotolia_82816554

L’essentiel

Le président Trump a changé de ton sur les négociations avec la Chine en menaçant d’augmenter les droits de douane. Il est trop tôt pour savoir s’il s’agit de tactiques de négociation. Mais l’impact positif des stimulus en Chine et la pause sur les taux aux US autorisent certainement aux deux parties d’être plus fermes durant cette phase de finalisation de l’accord commercial.

Aux Etats-Unis, les créations d’emploi pour le mois d’avril ont largement dépassé les estimations des économistes, avec 263’000 postes créés. Ainsi, le taux de chômage recule encore à 3,6%, du jamais vu depuis 1969. Autre élément positif, la progression des salaires, et par conséquent son impact sur l’inflation, reste contenue à 3,2%.

Au Royaume-Uni, les incertitudes autour du Brexit ont diminué, ce qui se traduit par une appréciation de la livre. Les raisons sont sans doute le report de la date butoire à octobre ainsi que les discussions potentiellement constructives entre la Première ministre Theresa May et le chef de l’opposition travailliste pour éviter un divorce sans accord.

Temporaire, mais très relatif !

La réunion de la Réserve fédérale la semaine dernière a accouché d’une souris. Les taux de référence de la banque centrale américaine restent en effet inchangés avec un objectif de taux sur les fed funds compris entre 2.25% et 2.50%. Après avoir à nouveau intensifié sa pression sur le président de la Fed ces dernières semaines, M. Trump pourra néanmoins trouver un certain réconfort dans l’annonce d’une baisse très marginale (de 2.40% à 2.35%) sur le taux des réserves excédentaires des banques. L’honneur est sauf, pour les deux parties. Mais le combat pour garantir l’indépendance de la Réserve fédérale ne fait peut-être que commencer.

Dans son communiqué de presse, M. Jerome Powell semble en effet vouloir répondre aux critiques en provenance de l’exécutif notamment sur la question de la baisse de l’inflation. Le président de la Fed considère sa faiblesse récente comme temporaire. C’est oublier que les Etats-Unis comme le monde traversent une période de désinflation durable débutée il y a près de 40 ans.

A l’époque, les économistes « monétaristes » tels que Milton Friedman défendaient l’hypothèse selon laquelle l’inflation est un phénomène purement monétaire et qu’elle peut être régulée par le biais de la masse de monnaie en circulation. La mise en pratique de cette théorie à permis de mettre fin à la période d’hyperinflation dans laquelle se trouvait le monde au lendemain du premier choc pétrolier. Mais comment dès lors expliquer que l’inflation reste actuellement au plancher après plus de dix ans de politiques ultra-laxistes qui cachent sous de savants acronymes le recours agressif à la bonne vieille planche à billets. Celle-ci n’a peut-être pas fini de tourner, car n’en déplaise à M. Powell, de profonds changements structurels semblent à l’œuvre pour faire perdurer ces pressions désinflationnistes.

La mondialisation, l’essor du commerce en ligne, l’automatisation, la robotisation et la digitalisation de pans entiers de l’économie continueront encore longtemps de peser sur les prix de revient et de vente des biens et services consommés dans le monde. D’ailleurs, les gains de productivité repartent à la hausse grâce aux investissements effectués par les entreprises dans la rénovation de leur outil de production. C’est le cas aux Etats-Unis où la productivité progresse de 3.6% tandis que les coûts unitaires du travail reculent au premier trimestre dans un contexte de quasi plein-emploi. Bientôt, M. Trump trouvera que le temporaire aura trop duré et il ne manquera pas de le rappeler à M. Powell. Mais ce qui importe le plus pour les investisseurs en actions, c’est que les taux ont cessé de monter.

 

Etats-Unis : pas de récession bénéficiaire au premier trimestre

Alors que près de 80% des entreprises du S&P 500 ont publié leurs résultats pour le premier trimestre de l’année, nous pouvons d’ores et déjà écarter l’éventualité d’une récession bénéficiaire, comme le craignaient les investisseurs les plus pessimistes.

Les bénéfices des sociétés américaines devraient finalement progresser de 2% par rapport à la même période l’an passé, en net ralentissement si l’on considère les hausses de plus de 20% observées en 2018. Non seulement le coup de pouce fiscal aux entreprises à disparu, mais celles-ci font également face à une forte pression sur leurs marges, en raison notamment de la hausse des salaires horaires dans le pays. L’activité reste cependant solide et les revenus continuent de progresser à un rythme soutenu (+4,6% sur le trimestre). Les meilleures performances proviennent des secteurs de la santé et des services de communication, dont les revenus bondissent de 17% et10% respectivement.

Les raisons de ces bonnes surprises résident dans l’excès de pessimisme des investisseurs et des analystes en début d’année. Ces derniers avaient drastiquement coupé dans leurs estimations de croissance pour le premier trimestre, ce qui a grandement facilité la tâche au entreprises et explique que trois quarts d’entre elles ont réussi à battre le consensus. Attention cependant, les exigences du marché vont aller crescendo en 2019, et si la barre reste relativement basse pour le deuxième trimestre, les anticipations pour la deuxième moitié de l’année nous semblent toujours trop optimistes, ce qui pourrait donner lieu à des déceptions.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Maecenas consequat purus orci, nec bibendum massa lobortis imperdiet. Vestibulum vel urna efficitur, hendrerit felis sed, interdum enim. Aenean aliquet urna libero, eu posuere arcu volutpat eu. Pellentesque ut metus imperdiet, consequat velit sed, egestas augue. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Praesent convallis neque vitae tempor volutpat. Maecenas scelerisque semper dolor id cursus. In vitae justo in eros ornare hendrerit et id tellus. Suspendisse posuere nisl non consectetur consequat. Morbi egestas nunc et nisl dapibus, a consectetur lacus lacinia. Etiam feugiat ante eget luctus varius. Curabitur rutrum, velit eget molestie molestie, ipsum arcu ornare tortor, faucibus congue arcu est eu risus. Sed ut tellus dui. Phasellus feugiat quis ligula eu pretium.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires