Point sur les marchés – 8 janvier 2018

Point sur l’actualité économique de la semaine

smart cities_montagnes

L'essentiel

2018 commence comme l’année 2017 s’est terminée

Les marchés financiers ont surpris positivement en 2017. A l’exception des bourses de la zone euro qui semblent avoir été pénalisées par la force de la monnaie européenne, la plupart des places boursières affichent des progressions à deux chiffres. On retiendra notamment que Wall Street tout comme Tokyo ont progressé de près de 20%, tandis que beaucoup de marchés émergents progressent de plus de 30% sur l’année. Du côté des marchés obligataires, 2017 n’aura pas été l’année de la très attendue inversion de tendance sur les rendements. La plupart des segments du marché de taux affiche en effet des performances légèrement positives. Il faut dire que l’inflation est restée étonnamment stable dans le monde malgré un net rebond des cours des matières premières. Et les politiques des grandes banques centrales demeurent globalement accommodantes. La Réserve fédérale a bien donné quelques tours de vis monétaires, mais ils n’ont eu que peu d’impact sur les taux longs et n’ont pas même réussi à soutenir un billet-vert qui aura été à la peine durant toute l’année. Les marchés financiers entament 2018 sur la même trajectoire. Les obligations gardent leur calme face à la fin programmée de l’assouplissement quantitatif européen, le dollar reste faible et les indices boursiers continuent de progresser au point d’inscrire de nouveaux records historiques dans certains pays comme les Etats-Unis ou la Suisse. Il faut bien reconnaître que sur le plan macroéconomique le début de cette nouvelle année n’apporte pas de grands changements. Le scénario « boucle d’or » semble encore s’imposer, à savoir une croissance mondiale soutenue mais qui ne s’approche pas d’une surchauffe qui engendrerait des pressions inflationnistes. Les Etats-Unis continuent ainsi de créer de nombreux emplois, mais la progression des salaires reste raisonnable (+2.5% par an). De même, en zone euro les indicateurs économiques surprennent encore positivement en ce début 2018, mais l’inflation annuelle ralentit à +1.4% sur un an. Hors effets volatils liés aux cours de l’énergie et des denrées alimentaires, l’inflation sous-jacente tombe même à +0.9% sur un an, soit très en-dessous de l’objectif de 2% que s’est fixé la BCE. Toute la question désormais est de savoir si quelque chose viendra remettre en question ce scénario favorable dans le courant de l’année.

Les Smart Cities : investir dans la ville de demain

Depuis quelques années, la notion de ville intelligente s’est répandue. Une des raisons est la puissante dynamique de l’urbanisation, qui pose de nombreux défis que ce soit en termes de développement durable ou de conditions de vie.  D’où l’intérêt de réorganiser les villes sur un modèle rationnel qui prend en considération les particularités de la vie urbaine.

Selon les Nations Unies, plus de la moitié de la population mondiale vit actuellement dans les villes et, selon ses projections, ce chiffre est amené à augmenter jusqu’à 70% en 2050. Alors que ces mégapoles ne représentent que 2% de la surface de la terre, elles sont responsables de 80% des émissions de gaz à effet de serre et consomment 75% des ressources énergétiques. Ceci les place au centre des stratégies pour réduire les émissions de CO2 et ainsi lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique.

L’événement qui change la donne est l’adoption plus large de nouvelles technologies. Grâce à la gestion des données à grande échelle (big data), de nouveaux services ont vu le jour dans plusieurs domaines tels que les transports, l’énergie, la sécurité, la santé et les loisirs. L’internet des objets (IOT)et les capteurs qui rendent les réseaux intelligents y jouent un rôle majeur. Pour prospérer, les villes devront être plus connectées pour ainsi diminuer leurs coûts énergétiques et augmenter la qualité de leurs services. Un certificat Smart Cities sera prochainement lancé par Piguet Galland en vue de tirer parti de ces deux tendances structurelles à long terme.

Les présentes informations sont destinées à l’usage privé de la clientèle de Piguet Galland & Cie SA et ne constituent nullement une offre ni une sollicitation d’achat ou de vente. Piguet Galland & Cie SA décline toute responsabilité concernant l’exactitude, l’exhaustivité ou la disponibilité permanente de leur contenu et les dommages résultant des actions entreprises sur la base de ces recommandations. Piguet Galland & Cie SA se réserve expressément le droit de modifier à tout moment sans préavis ces informations. La performance ne saurait constituer une garantie de son évolution future. Les valeurs mobilières, titres ou autres instruments financiers peuvent faire l’objet de restrictions d’achat ou de vente applicables à certains pays ou investisseurs. Il incombe à chaque investisseur de prendre connaissance des informations et conditions relatives aux titres de l’émetteur et de s’assurer cas échéant de l’adéquation des investissements avec sa situation financière et fiscale.
Copyright © PGSA – Tous droits réservés

Pour approfondir