phone-icon
phone-icon

Jeux vidéo : jouer à la consolidation

Le rachat d’Activision Blizzard par Microsoft, qui est prête à débourser plus de 8x la somme pour s’emparer de Skype et plus de 2x pour LinkedIn, lui permettra de mieux rivaliser avec Sony ou Tencent dans les jeux vidéo. Ce prix pourrait également lui procurer un ticket d’entrée au métaverse. Commentaire de notre analyste-gérant de fonds, Ed Yau.

Nous contacter
EdYAU_PHOTO

La plus grosse acquisition du géant américain

Le rachat par Microsoft du développeur de jeux Activision Blizzard pour près de 70 milliards de dollars, soit la plus grosse acquisition de l’histoire du géant américain, lui permettra de récupérer des franchises mondialement connues telles que « Call of Duty », « Candy Crush », ou même « World of Warcraft ». L’intégration de ces jeux et surtout de ses joueurs dans l’écosystème de Xbox ferait de Microsoft la troisième société de jeux vidéo au monde en termes de chiffre d’affaires, derrière Tencent et Sony. Cette transaction a officiellement ouvert la saison de la chasse aux contenus dans l’industrie du jeu vidéo. La preuve, il aura fallu à peine deux semaines à Sony pour riposter avec l’acquisition du développeur du jeux populaire « Halo ».

Un nouveau champ de bataille

Si la rivalité existe depuis la nuit des temps entre la console Xbox de Microsoft et la PlayStation de Sony, la bataille se déroule désormais au niveau de la librairie de jeux entre la plateforme Xbox Game Pass et celle de PlayStation Now. Cette tendance reflète la transformation déjà observée dans le domaine des plateformes par abonnement pour les films et séries télévisées, avec à la clé, la valeur ajoutée de basculer de la distribution à la qualité du contenu. En effet, ce dernier rachat de Microsoft présente une ressemblance frappante avec celui de 21st Century Fox par Walt Disney en 2018, une opération qui a également coûté près de 70 milliards de dollars.

L’inquiétude suscitée par cette attaque a secoué le cours de l’action de Sony. Cependant, les investisseurs semblent avoir négligé le reste de la bibliothèque de franchises du conglomérat japonais, qui comprend, par exemple, le droit d’auteur perpétuel de Spider-Man – le seul super-héros de l’univers Marvel qui n’appartient pas à Disney. Au vu de cette nouvelle course au contenu, le cours de l’action du propriétaire de Super Mario (Nintendo) a réagi positivement à l’annonce de l’acquisition, tout comme le développeur du jeux FIFA (Electronics Arts) ou d’Assassin’s Creed (Ubisoft).  

Rendez-vous dans le métaverse

En plus de lui permettre de mieux concurrencer PlayStation au niveau des contenus, le pari de Microsoft pourrait l’aider à migrer vers le métaverse. Selon l’une des définitions, le métaverse est un ensemble de mondes virtuels interconnectés, où des personnes situées n’importe où peuvent socialiser en temps réel. Certains jeux en ligne massivement multijoueur tels que « Roblox », « Minecraft », « Fortnite » ou « Animal Crossing » représentent à ce jour ce qui ressemble le plus aux interactions sociales imaginées dans ce nouveau monde. Il n’y a qu’un petit pas à franchir pour passer de ces mondes virtuels immersifs au métaverse.

Deux générations d’enfants ont grandi en jouant à des jeux en ligne, navigant et dépensant de l’argent dans un environnement virtuel 3D. Ce qui explique pourquoi la majorité de revenus de l’industrie de jeux provient de la vente de biens virtuels, par exemple par le biais de bonus ou de vêtements pour les avatars des joueurs. Si les lois économiques du métaverse restent floues pour l’instant, les personnages de jeux classiques qui sont rares et uniques dans notre monde devraient l’être également dans l’univers virtuel parallèle grâce au concept de token non fongibles (NFT).

Peut-être dans un avenir pas si lointain, passer du temps avec des amis accompagné de Super Mario ou Spider-Man dans Decentraland – l’un des principaux mondes virtuels basés sur la blockchain – pourrait sembler plus banal qu’il n’y paraît.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur notre philosophie et nos solutions d’investissement ? Contactez-nous et posez toutes vos questions ou consultez notre page dédiée à nos solutions d’investissement !

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires