phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 13 septembre 2021

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
point-des-marches-invetissements-piguet-galland_13.09.2021

L’essentiel

Lors de sa réunion, la Banque Centrale Européenne a adopté un ton un peu moins accommodant : les achats d’actifs vont diminuer modérément à partir du quatrième trimestre. Mais compte tenu de projections sur l’inflation qui restent en-dessous de l’objectif de 2%, la politique monétaire devrait demeurer expansionniste. Au vu de la réaction des marchés financiers, cette nouvelle était escomptée. 

Suite à l’ouragan Ida, le prix du gaz naturel s’est envolé aux Etats-Unis et dépasse désormais les 5 USD, le plus haut niveau depuis 2014. Cette hausse, qui est aussi causée par des stocks plus bas qu’attendu, pourrait entretenir le dérapage de l’inflation américaine. 

Les cours des métaux industriels continuent de progresser et atteignent des plus hauts historiques. Cette bonne dynamique récente est soutenue par la flambée du prix de l’aluminium, suite au coup d’état intervenu en Guinée où se situent les plus importantes réserves mondiales.

La BNS en phase d’observation

La Banque Nationale Suisse (BNS) continue d’affirmer aussi souvent que possible qu’elle considère que le franc suisse continue de présenter une importante surévaluation vis-à-vis des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. Et d’ajouter qu’elle interviendra si nécessaire pour lutter contre une appréciation excessive du franc. Il est de notoriété publique que la devise la plus scrutée par nos banquiers centraux reste l’euro et son comportement récent n’a certainement pas manqué de les alarmer. Après avoir brièvement dépassé le niveau de 1,11 au début du mois de mars, l’euro n’a cessé de glisser durant l’été. 

Certes, la monnaie européenne n’est pas retombée aussi bas que lors de l’éclatement de l’épidémie de Covid-19 au printemps 2020. Mais le niveau de 1,07 atteint durant le mois d’août correspond à un support technique important qui a été défendu
à maintes reprises par la BNS ces dernières années. A nouveau, les regards se sont tournés vers notre institut d’émission, en particulier de la part de l’industrie exportatrice suisse qui souffre à chaque envolée du franc. Et l’inquiétude était renforcée par l’absence pour convalescence du président de la BNS Thomas Jordan. 

Pour l’instant, ce support a résisté à priori sans intervention significative de la part de la banque centrale helvétique. C’est du moins ce que suggère la grande stabilité durant les dernières semaines des dépôts bancaires à vue auprès de la BNS. Alors que l’économie suisse se redresse et tandis que la confiance est revenue sur les marchés financiers, la Banque Nationale Suisse semble en effet rechigner à user de l’arme des interventions sur le marché des changes. Il se peut qu’elle garde ses munitions pour agir en cas de résurgence de la pandémie et/ou de retour de l’instabilité sur les marchés financiers. 

Ou alors, il s’agit pour nos banquiers centraux d’éviter autant que possible de gonfler encore le niveau astronomique des réserves de change détenues par la banque centrale. A fin août, celles-ci frôlent les 930 milliards de francs. Si le cap symbolique des 1’000 milliards est franchi dans les prochains mois, ce qui est hautement probable, cela ne manquera pas d’attiser les convoitises en Suisse et de relancer le débat sur la création d’un fonds souverain. Faire le dos rond en attendant qu’en Europe et aux Etats-Unis les politiques monétaires se normalisent et que les planches à billets ralentissent représente peut-être un choix de repli tactique adopté temporairement par les dirigeants de la BNS.

Etats-Unis : le consensus s’effrite…

Après sept mois consécutifs de hausse, les bourses américaines ont entamé une rentrée quelque peu laborieuse. Il faut en effet remonter au mois de juin pour retrouver une performance hebdomadaire aussi faible pour l’indice S&P 500. 

L’enthousiasme des investisseurs à l’égard de la reprise économique américaine aurait-il du plomb dans l’aile ? Il pourrait sembler prématuré de tirer une telle conclusion. Pourtant le consensus extrêmement positif qui prévalait depuis le début de l’année ne fait aujourd’hui plus l’unanimité. De plus en plus d’économistes pointent les incertitudes qui s’accumulent sur les derniers mois de l’année. Une inflation galopante, la fin des aides spéciales aux chômeurs, le durcissement à venir de la politique monétaire de la Fed ou encore le variant Delta… Les raisons ne manquent pas et incitent à une certaine prudence, d’autant plus que les actions américaines demeurent richement valorisées. 

Plusieurs grands brokers américains ont décidé récemment de réduire leur allocation au marché domestique et ont coupé marginalement leurs estimations de croissance du PIB pour l’année en cours. Ce changement de perception n’est pas encore visible au niveau des estimations bénéficiaires des entreprises, qui restent orientées à la hausse. 

La saison des résultats du troisième trimestre sera certainement l’occasion pour les investisseurs de scruter le moindre indice de faiblesse du côté des entreprises. D’ici là, les analystes se concentreront sur la publication cette semaine de l’inflation pour le mois d’août et il y a peu de chances qu’elle apaise les inquiétudes des plus pessimistes.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires