phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 22 février 2021

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Winter landscape in the Alps at sunset with old mountain cottage

L’essentiel

Les indices des directeurs d’achat de la zone euro sont sortis en légère progression en février. La composante manufacturière a atteint un plus haut sur trois ans, alors que celle des services a une fois de plus baissé en raison de l’extension des mesures de confinement. Cette divergence devrait s’atténuer une fois que les confinements seront levés grâce notamment à la campagne de vaccination.

Alors que le pétrole semble se stabiliser vers 60$/baril, les regards se tournent vers la prochaine réunion de l’OPEP+ le 3 mars.  Les intérêts divergents de la Russie, favorable à une augmentation de la production, et de l’Arabie Saoudite, qui s’y oppose, entretiendront encore la volatilité sur ce marché.

Pour le mois de janvier, les ventes de détail aux Etats-Unis ont bondi de 5,3%, alors que les économistes anticipaient une progression d’à peine 1%. Cette explosion des dépenses de consommation devrait se poursuivre, voire s’amplifier au cours des prochains mois, alors que la crise sanitaire s’estompe. Si ce scénario se confirme, les prévisions sur le PIB américain pour 2021 se révèleront bien trop conservatrices. 

Le retour des Années folles ?

La décennie qui a suivi l’épidémie de grippe espagnole au siècle précédent est souvent référencée comme les Années folles (Roaring twenties aux Etats-Unis). La pandémie avait frappé le monde dès 1918 alors qu’il se remettait à peine de la Grande guerre qui dura de 1914 à 1918. La confiance des populations était profondément ébranlée en ce début de siècle dévastateur. Son rebond n’en a été que plus spectaculaire une fois l’épidémie terminée et a laissé place à une période d’activité intense pour ne pas dire frénétique tant du point de vue économique, que social et culturel. Une théorie se développe depuis quelques semaines auprès de certains économistes. Il est question d’un fort redressement de l’activité économique une fois que l’épidémie de Covid-19 aura été maîtrisée. Un « boom » conjoncturel porté par une soif de consommer et d’investir lorsqu’un retour à une vie relativement normale aura lieu.

Les sommes colossales d’argent bon marché qui ont été injectées dans le système financier par les banques centrales peuvent servir de combustible pour attiser la reprise, tout comme l’épargne forcée accumulée par les ménages. Car dans la plupart des pays développés, les entreprises comme leurs employés ont le plus souvent été maintenus à flot par les plans de soutien des gouvernements.

Contrairement à d’autres crises économiques précédentes, les niveaux de faillites comme les taux de chômage sont généralement restés contenus. Un contexte qui se prête par conséquent à un rebond vigoureux de l’activité lorsque la foi en l’avenir fera son grand retour. Les marchés financiers semblent désormais parier sur ce scénario économique idéal. On le voit notamment au comportement récent des prix des matières premières. En particulier, les cours des métaux industriels comme celui du cuivre ont fortement progressé et retrouvent leurs plus hauts niveaux depuis dix ans.

Les marchés obligataires commencent également à se faire à cette éventualité. Depuis le début du mois de février, les rendements gouvernementaux à 10 ans se sont ainsi tendus de 0.2% en Suisse et en Europe continentale, de 0.3% aux Etats-Unis et même de 0.4% au Royaume-Uni. Des rebonds rapides auxquels les marchés obligataires ne nous avaient pas habitués ces dernières années.

Le rêve d’un retour des Années folles a de quoi redonner de l’espoir à tous ceux qui souffrent du contexte particulièrement anxiogène que constitue l’actuelle crise sanitaire. Mais pour les investisseurs en bourse, éviter une surchauffe économique et un réveil de l’inflation reste de loin un scénario bien plus préférable.

Marchés Emergents – d’où viendra le grain de sable ?

En Chine, le consensus table sur une croissance du PIB de près de 8% pour cette année. Mais avec de telles attentes, il est difficile de surprendre à la hausse et, a contrario, facile de décevoir. L’histoire nous apprend que c’est dans ces phases d’optimisme qu’il faut se montrer vigilant et surveiller les risques de près. Reste à savoir maintenant où pourrait se loger le « grain de sable » susceptible de faire dérailler la machine des marchés émergents.

Le risque le plus évident tient à la direction du dollar américain, dont la dépréciation s’est accélérée au deuxième semestre 2020. La corrélation inverse qui prévaut entre le billet vert et la trajectoire des marchés émergents explique en partie la surperformance de ces derniers au quatrième trimestre. Une hausse des taux d’intérêt et de l’inflation aux Etats-Unis pourrait cependant ralentir la chute de la monnaie américaine.

Le deuxième risque est lié aux exportations chinoises, dont la résilience s’est avérée nettement plus forte que prévu, notamment grâce à la demande de produits liés au Covid-19. Les exportateurs ont en effet gagné des parts de marché alors que la production était quasiment au point mort partout ailleurs. Les programmes de vaccination mis au point pourraient désormais conduire à une normalisation progressive à l’échelle mondiale, ce qui mettrait fin à cette situation, sans parler de l’impact négatif lié à l’appréciation du yuan.

Faire preuve de prudence ne signifie pas que nous changeons notre vision constructive à l’égard des marchés émergents. Aucun des risques mentionnés ne paraît véritablement tangible et la visibilité reste satisfaisante en ce début d’année. Notre scénario de base se fonde toujours sur une bonne résilience en Asie qui est d’ailleurs confirmée par la croissance de la consommation pendant la période du Nouvel An chinois.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires