phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 7 mars 2022

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
2022.03.07-point-des-marches-piguet-galland-banque-investissements

L'essentiel

Au mois de février, les créations d’emploi aux Etats-Unis ont une fois encore largement dépassé les espérances des analystes. Le taux de chômage a en outre continué son recul et s’établit à 3,8%. Ces chiffres témoignent de la robustesse de l’économie outre-Atlantique, mais ils pourraient se dégrader ces prochains mois si la confiance des entreprises est entamée par la crise actuelle en Ukraine. 

Un objectif de croissance d’environ 5,5% pour cette année a été annoncé lors de l’ouverture de la session annuelle du Parlement chinois ce week-end. Ce rythme de croissance, supérieur aux attentes du consensus, devrait s’appuyer sur des mesures supplémentaires pour stabiliser l’économie dans un contexte d’incertitudes lié au Covid et à l’impact des sanctions provoquées par l’invasion de l’Ukraine. 

L’escalade de la guerre en Ukraine pèse fortement sur les bourses de la zone euro. Cela reflète les craintes d’une récession sur le Vieux Continent suite à la mise en place de sanctions qui ne vont pas uniquement impacter l’économie russe. Dans cet environnement, la bourse britannique résiste bien mieux, soutenue par l’importante pondération des matières premières dans son indice.

Neutralisation des actions dans les porte-feuilles

La guerre en Ukraine semble s’installer sur la durée. L’armée russe rencontre en effet une grande résistance sur le terrain. Si celle-ci s’attendait à tomber sur des troupes ukrainiennes et une population résignées à abandonner le contrôle du pays, il n’en est rien.

Mais cette opposition ne semble pas affecter la détermination d’un pouvoir russe bien décidé semble-t-il à ramener l’Ukraine dans sa zone influence en renversant le gouvernement de Kiev et en occupant tout ou partie du territoire ukrainien, au prix malheureusement de destructions et de pertes humaines majeures.

Et pour l’instant, Vladimir Poutine se montre inflexible face à des sanctions occidentales qui pourtant pénalisent lourdement la Russie sur le plan économique et financier.

D’autant que ces sanctions affectent également le reste du monde à commencer par l’Europe. Car la principale conséquence de cette crise et des sanctions qui l’accompagnent est à trouver du côté des matières premières. Leurs cours ont fortement augmenté sur les marchés mondiaux, ce qui se traduira immanquablement par une inflation qui frappera lourdement le portemonnaie des ménages.

Outre les céréales et certains produits miniers, c’est le dérapage des prix des produits énergétiques qui préoccupe tout particulièrement. Malgré d’importants investissements réalisés dans les énergies renouvelables ces dernières années, le pétrole et le gaz naturel restent incontournables dans le mix énergétique mondial. Les prix élevés atteints par les énergies fossiles ces derniers jours sont de nature à menacer la reprise économique s’ils se prolongent sur la durée.

Ces incertitudes politiques et l’impact économique potentiel du pétrole cher nous rendent plus prudents à l’égard des bourses et nous incitent à neutraliser le poids des actions dans les portefeuilles.

Pour un profil balancé, nous réduisons ainsi de 4% (à 39%) les actions dans nos grilles d’investissement de manière uniforme sur l’ensemble des zones géographiques. Cette réduction se fait en faveur d’une augmentation des liquidités.

Le cash offre en effet l’avantage de pouvoir être redéployé rapidement si la visibilité s’améliore. Bien que cette issue semble lointaine dans le contexte tendu que nous connaissons actuellement, des avancées diplomatiques pouvant mener à un cessez-le-feu pourraient en effet nous inciter à réinvestir ces liquidités ultérieurement.

Dans l’intervalle, nous conservons dans les portefeuilles une allocation d’environ 10% en matières premières. L’or, qui a été renforcé dernièrement, les métaux industriels et les produits énergétiques conservent en effet leur attrait en termes de diversification d’actifs et d’assurance de portefeuille dans le contexte actuel.

Matières premières : comment valoriser un actif introuvable ?

Depuis une semaine, les mouvements sur le marché des matières premières sont devenus erratiques et nous assistons à une envolée sur de nombreux produits de base. Les contraintes logistiques, dont nous parlions beaucoup l’année passée pour le commerce mondial, sont de retour sur le devant de la scène.

De nombreuses sociétés, importatrices ou de trading, ont en effet décidé d’éviter les actifs provenant de Russie, par crainte de sanctions. Et même si certains pays sont probablement moins regardants, les infrastructures leur font défaut pour les importer.

Nous pensons donc que ces marchés resteront volatils mais dans une tendance de fond qui continue de s’inscrire à la hausse, évoluant au gré des craintes tout en cherchant les niveaux où la demande s’ajustera.

Le marché le plus impacté est bien entendu celui de l’énergie, tout particulièrement en Europe dont la Russie est le fournisseur principal. Les flux ne sont pas coupés actuellement, mais il s’agit là d’une possibilité en raison du levier que cela pourrait fournir dans le cadre de négociations.

En ce qui concerne les métaux, l’impact est également important. L’aluminium a été le premier à réagir, à cause de l’augmentation du prix du gaz en Europe qui est un coût significatif dans sa fabrication.

Mais le nickel et le palladium ont rapidement suivi, la Russie étant un producteur important.

Le cuivre a commencé à réagir, avec un certain retard, le bas niveau des stocks amplifiant le potentiel déficit de production.

Et finalement, les matières agricoles et plus particulièrement le blé et le maïs sont en forte hausse. La Russie et l’Ukraine sont en effet des producteurs importants et de grands acteurs sur le marché des exportations.

Historiquement, une envolée des prix des céréales a souvent causé des troubles sociaux; il serait ainsi préférable pour de nombreux pays émergeants que la situation soit normalisée d’ici la saison des plantations.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires