phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 28 février 2022

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
2022-02-28-point-des-marches-piguet-galland-banque-investissements

L'essentiel

Le pétrole progresse sur la semaine et clôture à son plus haut récent. Néanmoins, sa progression reste ordonnée, reflétant la volonté actuelle des parties impliquées dans ce conflit de ne pas suspendre les flux de gaz et de pétrole entre la Russie et l’Europe. 

Face aux incertitudes géopolitiques liées à l’Ukraine, les actions bancaires de la zone euro sont particulièrement malmenées.  Bien que ce phénomène devrait être temporaire, nous pensons qu’il est prématuré de renforcer ce secteur qui continuera de pâtir des sanctions à l’égard de la Russie et de la potentielle détérioration économique. Parmi les financières, nous préférons tactiquement les compagnies d’assurance. 

La chute de valeur des actifs russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, qui a été déclenchée par les sanctions imposées par les gouvernements occidentaux, ne semble pour le moment pas causer de contagion au reste des marchés émergents. Pour rappel, la bourse russe représente moins de 2% de l’indice des marchés émergents, de loin le poids le plus faible parmi les régions BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).

Crise ukrainienne : les banques centrales pourraient jouer les prolongations

C’est désormais à une guerre totale à laquelle nous assistons en Ukraine depuis quelques jours. Et pour l’instant, la tournure des événements laisse penser que malheureusement ce conflit pourrait durer. Difficile en effet d’imaginer une trêve rapide alors que l’objectif principal que semble rechercher la Russie, à savoir le renversement du pouvoir ukrainien, est loin d’être acquis. Car, malgré un net désavantage en hommes et en matériel, l’armée ukrainienne ne semble pas sur le point de concéder la défaite.

Au niveau militaire, les Occidentaux campent sur leurs positions et continuent d’exclure une intervention directe dans ce conflit. Mais les sanctions se multiplient et visent à frapper les finances du gouvernement de Moscou et le portefeuille des élites russes. Nul ne sait si ces mesures sont de nature à ébranler rapidement la détermination de Vladimir
Poutine ou d’éroder le soutien de la population. Mais l’impact de ces sanctions financières et économiques se fait déjà sentir en Russie, en particulier celles visant la banque centrale et le système bancaire.

En conséquence, le rouble a fortement dévissé, de même que la plupart des actifs financiers russes cotés à la bourse de Moscou et sur les marchés internationaux. Les grandes banques centrales observent à n’en pas douter les impacts de cette stratégie sur les marchés financiers.

Outre la plus grande volatilité des bourses, on observe également un début de tension sur le marché monétaire et interbancaire, mais rien d’alarmant à ce stade. On peut supposer que la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque Centrale Européenne (BCE) se tiennent prêtes à injecter des liquidités supplémentaires en cas de dysfonctionnement de ces marchés.

De manière générale, les grands argentiers devraient se montrer beaucoup plus prudents que prévu tant que dure ce conflit. Confrontée à un dérapage sensible de l’inflation aux Etats-Unis, la Fed ne devrait pas revenir sur sa décision de bientôt commencer à durcir sa politique monétaire, d’autant que l’économie américaine montre des signes de ré-accélération alors que la vague Omicron reflue.

Mais la réunion de la Fed à la mi-mars pourrait déboucher sur une hausse de taux plus mesurée que prévu (0.25% contre 0.50% attendu il y a quelques semaines). Après une forte tension en début d’année, les taux longs pourraient également marquer le pas. Tandis que les bourses essaient de trouver un fond, la volatilité peut perdurer sur le court terme, mais elle sera plus entretenue par les nouvelles politiques que par l’évolution des taux d’intérêt.

Etats-Unis : valorisations pas encore assez attrayantes

Lors de notre comité de stratégie du mois de janvier, nous évoquions les valorisations excessives des actions américaines comme un frein à la performance pour 2021 et choisissions de sous-pondérer la région dans notre allocation d’actifs.

A peine deux mois plus tard, les multiples des titres américains se sont largement contractés, principalement en raison du resserrement imminent de la politique monétaire de la Réserve Fédérale. L’inflation persistante a en effet convaincu Jérôme Powell de mettre fin à une période prolongée de politique monétaire ultra accommodante.

Ainsi, la bourse a souffert depuis le début de l’année, en particulier certaines sociétés de croissance ayant bénéficié de la crise sanitaire et de l’environnement de confinement et de télétravail en découlant et dont les valorisations avaient atteint des niveaux injustifiés.

La crise géopolitique ukrainienne vient précipiter la normalisation des valorisations des actions aux Etats-Unis. Dans le sillage du PER (ratio cours/bénéfices) du S&P 500, qui s’est contracté de 22x à 19x, les indicateurs de sentiment sont en zone de pessimisme extrême.

Est-il donc temps de renforcer les actions américaines ? Cette conclusion nous semble prématurée, au vu du manque cruel de visibilité sur l’évolution de la crise en Ukraine à court terme et de son impact sur la croissance mondiale. De plus, à 19x les bénéfices futurs, il nous semble que les multiples ne sont pas encore alignés à un niveau qui soit compatible avec le nouvel environnement de taux d’intérêt en hausse. Si la normalisation continue, la question de renforcer l’exposition à la bourse américaine se posera néanmoins, notamment lorsque les tensions géopolitiques retomberont.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires