phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 7 juin 2022

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Lac d'Oeschinen

L'essentiel

La bourse chinoise continue de rebondir sur fond de reprise d’activité post-Covid et d’annonce de mesures de stabilisation de l’économie. A cet égard, les investisseurs semblent progressivement devenir moins pessimistes, persuadés par la volonté du gouvernement de tempérer les restrictions réglementaires et de faire de la croissance économique la priorité pour le reste de l’année.

Le marché de l’emploi demeure extrêmement robuste aux Etats-Unis. Les salaires en particulier continuent leur progression, grimpant de 5,2% par rapport à l’an passé et alimentant ainsi l’inflation. Certes, cette hausse est moins importante que le mois précédent (+5,5%), mais une normalisation plus marquée sera nécessaire avant que la Réserve Fédérale n’adopte un ton plus accommodant.

Boris Johnson, sous pression depuis quelque temps, a une nouvelle fois sauvé son poste en remportant un vote de défiance de son parti. Il en sort sans doute affaibli, mais il a gagné une année pour pouvoir re-bâtir sa crédibilité. Au vu de la réaction de la livre, les marchés avaient déjà intégré cette nouvelle.

La BNS surveille également l'inflation

La Suisse est souvent labellisée comme un îlot de cherté au sein de l’Europe. Le niveau de vie élevé dont bénéficie la population du pays incite en effet bon nombre d’entreprises à appliquer des prix très supérieurs en comparaison internationale. Sans surprise, la Suisse figure régulièrement tout en haut du classement Big Mac qui compare le prix du fameux sandwich dans le monde. Pourtant, cet îlot de cherté s’est plutôt caractérisé par une absence d’inflation depuis plus d’une dizaine d’années. Et dans le rebond de l’inflation observé à l’échelle mondiale ces derniers mois, la Suisse a plutôt été épargnée, même si on commence irrémédiablement à observer un certain dérapage des prix des biens et services à l’échelle domestique.

Malgré cette glissade récente, le rebond de l’inflation helvétique reste deux fois moins élevé par rapport à ce que l’on observe chez nos voisins européens, avec une progression annuelle du prix du panier de la ménagère inférieure à 3% en Suisse contre plus de 7% dans la zone euro. Expurgée de ses variables volatiles que sont le prix de l’énergie et des denrées alimentaires, l’inflation de base suisse reste également nettement inférieure à celle mesurée dans la Communauté européenne (1.7% contre 3.5%). Et à ce jour, les salaires restent contenus et limitent le risque de hausses de prix secondaires.

Et pourtant, les derniers communiqués du directoire de la Banque Nationale Suisse (BNS) trahissent une nervosité tout aussi élevée qu’au sein de la Banque Centrale Européenne. Durant les dernières semaines, le président de la BNS Thomas Jordan et sa collègue Andrea Maechler ont ainsi ouvert la porte à un durcissement de la politique monétaire suisse. Ce changement de ton nous a surpris, pas seulement en raison d’une situation inflationniste plus favorable en Suisse, mais surtout en raison de la force récente du franc contre la monnaie européenne. Ce d’autant que le contexte géopolitique reste encore particulièrement incertain et pourrait continuer de soutenir la monnaie helvétique dans un traditionnel phénomène de fuite vers la monnaie-refuge préférée des investisseurs en Europe.

Si la BNS monte ses taux dans ces conditions, c’est peut-être pour mettre fin à la politique de taux négatifs instaurée en 2015. Une mesure prise dans l’urgence au lendemain de la crise des dettes souveraines européennes et qui s’est installée sur la durée. Le changement de cap monétaire des grandes banques centrales, qui devrait également s’observer en Europe prochainement, fournit peut-être une occasion unique à la BNS de refermer cette parenthèse avant la fin de l’année.

Europe : la Banque Centrale Européenne devra naviguer sur le fil

La plupart des économistes ont aujourd’hui une vision négative de l’économie européenne, davantage impactée par la proximité de la guerre en Ukraine. Certains ont même commencé à anticiper une récession dans un contexte inflationniste. Contrairement aux Etats-Unis où le taux d’inflation montre des signes de stabilisation, l’Europe se trouve encore dans une phase d’accélération, car à l’effet conjugué de la flambée des prix de l’énergie et des prix de l’alimentation vient s’ajouter l’impact de la faiblesse de l’euro.

Dans ce contexte, les récentes annonces de Christine Lagarde ont clarifié les attentes du marché : les taux directeurs dans la zone euro devraient remonter à partir de juillet. Mais l’exercice de la BCE ne sera pas facile, car ces hausses de taux vont intervenir tandis que l’économie ralentit, augmentant le risque d’une erreur politique.

Pour l’instant la consommation a l’air de bien résister, alors que la confiance du consommateur s’est effondrée, ce qui est un peu troublant. Il faudra s’attendre à une diminution des dépenses des ménages suite à la baisse du pouvoir d’achat, mais sans doute plutôt vers l’automne, car la reprise du tourisme s’annonce forte et devrait soutenir les dépenses de consommation dans le court terme.

Par ailleurs, l’Europe est une économie exportatrice et continuera de bénéficier de la bonne tenue conjoncturelle américaine et de la reprise qui se profile en Chine, ce qui devrait atténuer le ralentissement de la consommation. Et l’inflation en Europe est moins structurelle qu’aux Etats-Unis, car elle n’est pas induite par une hausse des salaires. A notre sens, seul un rationnement du gaz dans un contexte de tensions accrues avec la Russie serait de nature à plonger le Vieux-Continent dans la récession.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires