phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 17 juin 2019

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Modernes Gebäude

L’essentiel

Les données chinoises de mai ne sont pas particulièrement encourageantes : La croissance de la production industrielle a ralenti à 5% et les importations ont reculé de 8,5% sur un an. Il faut néanmoins prendre noter des effets de base. Les importations avaient fortement augmenté durant la même période l’année dernière, notamment à cause de commandes anticipées.

Les attentes sur la croissance de la zone euro restent faibles comme en témoigne la production industrielle en baisse de 0.5% en avril (en ligne avec les attentes). Alors que l’Allemagne continue de se contracter en raison de son secteur manufacturier, les indicateurs avancés suggèrent que le pire pourrait être derrière. Pendant ce temps la France rebondit.

L’attention se tournera cette semaine vers la Réserve Fédérale américaine qui se réunit mercredi soir. Les investisseurs vont rechercher la confirmation qu’elle s’apprête bien à couper ses taux directeurs durant l’été. Jérôme Powell n’a pas le droit à l’erreur, alors que le marché anticipe déjà de façon quasi certaine une, voire deux baisses d’ici la réunion du mois de septembre.

La BNS enterre le Libor

Pour un grand nombre de ménages suisses, le Libor représente un taux de référence sur lequel est basé le coût de leur emprunt lorsqu’il s’agit d’une hypothèque à taux variable. Pour la Banque Nationale Suisse, il s’agit du taux de référence autour duquel s’articule sa politique monétaire. Or, l’histoire récente a montré que ce taux est assorti de quelques défauts. Le principal étant qu’il ne s’agit pas toujours d’un taux réellement traité sur le marché interbancaire de Londres. Souvent, il s’agit d’une estimation du taux auquel les grandes banques sont disposées à se prêter de l’argent. Ceci a permis des manipulations de ces indices de référence par le passé pour lesquelles de grandes institutions bancaires ont été condamnées.

Ce contexte a contraint l’autorité britannique de supervision à décider de l’abandon de ces indices de référence dès 2021. La BNS n’a pas souhaité attendre cette échéance et a annoncé lors de sa dernière réunion qu’elle abandonne dès aujourd’hui le Libor et utilisera dorénavant un taux directeur officiel à l’instar d’autres grandes banques centrales dans le monde. Sans surprise et dans un souci de continuité, son taux directeur est fixé à -0.75% et se base sur le taux de financement au jour le jour SARON (Swiss Average Rate Overnight) qui deviendra progressivement le taux de référence de nombreux instruments financiers en franc suisse.

Cette annonce de la BNS était attendue. Elle lève les incertitudes quant au remplacement du taux Libor sur le marché hypothécaire suisse. Son souhait étant de garantir une transition douce vers ce nouvel indice de référence. Il ne faut en effet surtout pas brusquer un marché immobilier qu’elle estime proche de la surchauffe. Elle le répète à l’envie depuis des mois à l’attention de banques commerciales qu’elle inonde de liquidités excédentaires dans le cadre de sa politique visant à déprécier le franc suisse.

Le secteur bancaire suisse va devoir se faire une raison, car le contexte de taux négatifs risque bien de se prolonger en Suisse. Au-delà du marché immobilier, la bourse helvétique semble également profiter de l’irrépressible besoin de recherche de rendement. Face à des taux obligataires au plancher (-0.5% sur les bons de la Confédération à 10 ans), les rendements sur dividendes positifs offerts par les grandes valeurs suisses attirent les investisseurs notamment institutionnels au point de propulser sur la semaine écoulée les indices SMI et SPI vers de nouveaux records historiques (sur une base de dividendes réinvestis). A tel point que même le contexte politique international chahuté n’a été en mesure de freiner cette tendance…

Matières premières : l’or bénéficiera-t-il d’une remontée des craintes ?

Malgré un rebond depuis le début de l’année, les indices de matières premières n’ont pas réussi à s’approcher des plus hauts de 2018 et plus récemment sont même repartis à la baisse. Ce mouvement se concentre sur les segments des métaux et de l’énergie et traduit les craintes sur la croissance mondiale.  Etonnamment, même l’attaque dans le détroit d’Ormuz (par où transite près de 30% du pétrole transporté par bateaux) de deux tankers n’a pas suffi à faire rebondir le prix de l’or noir. Il faudra probablement avoir plus de visibilité sur l’équilibre entre l’offre et la demande pour qu’un rebond durable soit possible.

La dynamique de l’or est très différente. Le métal jaune est coincé dans une bande de fluctuation entre 1’100 et 1’350$/once depuis 2013, pénalisé par la remontée des taux de la FED durant cette période et des actifs risqués bien orientés. La demande reste stable vers 4’000t/an, même si nous voyons depuis une année une augmentation des achats de la part des banques centrales. La demande marginale continue de venir des investisseurs, qui l’utilisent comme actif refuge durant les périodes incertaines. Au vu des changements de discours de la FED et du sentiment déprimé à l’égard du métal jaune, une cassure à la hausse des résistances (1’350–1’375$/once) permettrait d’envisager une hausse substantielle.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires