phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 18 octobre 2021

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
IMG-20210831-WA0028

L’essentiel

Le ralentissement de l’économie chinoise se poursuit au troisième trimestre. Le PIB progresse de 4,9% en glissement annuel, en ligne avec les attentes du consensus. Si la production industrielle et les investissements en capital fixe ont été tirés à la baisse par le secteur immobilier et la pénurie d’électricité en septembre, la croissance des ventes au détail a augmenté plus que prévu.

Même si seulement 10% des sociétés du S&P 500 ont publié leurs résultats pour le troisième trimestre, la tendance qui se dessine est favorable. Ce sont notamment les banques américaines qui ont tiré leur épingle du jeu durant les trois derniers mois, grâce à une activité de courtage soutenue et à des dissolutions de provisions accumulées pendant la crise sanitaire.

Après une consolidation de près de cinq mois, l’indice des métaux industriels repart à la hausse et dépasse son plus haut niveau historique. Outre un marché sous-approvisionné, le prix de ces métaux est également entraîné à la hausse par les cours de l’énergie qui représentent une partie importante des coûts de fabrication.

Monnaies : les répercussions du futur changement de cap monétaire

Depuis l’éclatement de la crise sanitaire il y a environ 18 mois, les banquiers centraux des pays développés ont largement synchronisé leurs politiques monétaires. Des baisses de taux ont rapidement été décidées, du moins auprès des banques centrales qui disposaient encore d’une certaine marge de manœuvre.

C’était notamment le cas de la Réserve fédérale américaine, tandis que ses homologues européennes et japonaise se trouvaient déjà confrontées à un contexte de taux nuls voire dans certains cas de taux négatifs. Dans la plupart des cas, il s’agissait aussi de recourir à la planche à billets afin d’injecter urgemment des liquidités dans le système financier. La priorité absolue était de soutenir les plans de relance des gouvernements en leur assurant des taux d’emprunt aussi bas que possible.

Grâce à l’évolution favorable sur le front sanitaire et à la résilience de l’économie mondiale, ces politiques d’urgence touchent aujourd’hui à leur fin, et les programmes de rachat d’actifs vont être graduellement réduits. Certaines banques centrales de second rang ont déjà lancé le mouvement ou sont sur le point de le faire.

Du côté des grands instituts d’émission, la Fed se prépare à tirer le frein. La planche à billets américaine commencera probablement à ralentir avant la fin de cette année, et un resserrement des taux directeurs se profile pour fin 2022. La Banque Centrale Européenne (BCE) et la Banque du Japon, qui sont confrontées à des niveaux d’inflation moins menaçants qu’aux Etats-Unis, semblent pour l’instant vouloir temporiser. Un certain désalignement des politiques monétaires devrait par conséquent provoquer le retour d’une plus grande volatilité sur le marché des changes et générer des opportunités de placement. Les différentiels d’inflation et de taux d’intérêt seront à nouveau scrutés par les investisseurs.

En toute logique, les premiers pays à relever leurs taux directeurs auront des chances de voir leur monnaie s’apprécier. En Europe, la livre sterling semble bien placée à cet égard, tout comme la couronne norvégienne, qui bénéficie en outre de la progression continue du prix du pétrole. Le dollar devrait également profiter de la proactivité de la Réserve fédérale, mais le solide optimisme des investisseurs à l’égard du billet vert semble, sur le court terme, limiter son potentiel de hausse face au franc suisse et à l’euro.

Japon : poursuite du rattrapage

Depuis la mi-août, la bourse japonaise a partiellement rattrapé le retard de performance qu’elle accusait par rapport aux autres marchés développés. L’accélération du programme de vaccination en est la première raison. Alors que le taux de vaccination contre le Covid-19 au Japon était jusqu’ici à la traîne par rapport au reste du monde industrialisé, il a bien progressé et même dépassé, en septembre, celui des Etats-Unis et de la Suisse, qui avaient pourtant démarré leur campagne plusieurs mois auparavant.

L’annonce de la démission du Premier ministre Yoshihide Suga survenue début septembre semble également avoir contribué à la remontée des actions nippones. Compte tenu de l’impopularité du dirigeant, ce départ va donner au nouveau leader du Parti libéral-démocrate Fumio Kishida une meilleure chance aux élections législatives de fin octobre. Dans le passé, le marché japonais a eu tendance à afficher une bonne tenue à l’approche des élections de la Chambre basse. Une forte corrélation a même pu être observée entre la performance de l’indice et le nombre de sièges remportés par le parti politique gagnant.

A cette évolution positive sur le front politique vient s’ajouter la perspective d’une accélération de la croissance économique. Les bénéfices des entreprises ont d’ailleurs été revus fortement à la hausse pour le trimestre à venir et pour l’ensemble de l’année 2021. Les valorisations demeurent raisonnables. Les progrès de la vaccination laissent entrevoir une réouverture des frontières dans les prochains mois. Sans parler du potentiel de nouvelles mesures de relance après les élections. En résumé, les planètes semblent bien alignées pour une poursuite du rattrapage du marché japonais.

 

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires