phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 29 juillet 2019

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Rural landscape with beautiful gradient evening sky at sunset. Green field and village on horizon

L’essentiel

Le FMI a révisé ses prévisions de croissance de l’économie mondiale à 3,2% en 2019, en baisse par rapport à sa prévision d’avril de 3,3%. Les raisons invoquées sont les tensions sino-américaines ou une sortie désordonnée de la Grande-Bretagne qui pourraient ralentir la croissance, affaiblir les investissements et ainsi perturber les chaînes d’approvisionnement.

Le marché STAR a débuté la semaine passée à Shanghai avec le premier lot de 25 sociétés en hausse de 120%. Ce « Nasdaq » chinois a pour but d’encourager les entreprises technologiques à rester ou à revenir sur le territoire chinois. Pour le moment il est encore trop tôt d’y investir, mais à terme il pourrait devenir un marché pertinent.

Les États-Unis ont enregistré un taux de croissance de 2,1% du PIB au deuxième trimestre, ce qui est légèrement supérieur au consensus mais sans grandes surprises. Outre le taux de croissance de 3,1% observé au premier trimestre, l’économie américaine a progressé d’environ 2,5% au premier semestre de 2019.

Effet de rareté sur les rendements positifs

Le cycle économique actuel reste décidément très atypique. Il y a quelques mois, une majorité de banques centrales espérait pouvoir enfin emboîter le pas à la Réserve fédérale américaine et s’orienter vers une lente normalisation de leur politique monétaire après plus de dix ans de mesures de relance agressives.

Ces banquiers centraux déchantent aujourd’hui, car avec une économie mondiale plombée par les tensions commerciales et une inflation qui repart à la baisse un peu partout, l’heure est plutôt à la détente monétaire, une fois de plus. Le patron de la Fed et le président de la BCE ont déjà prévenu que des baisses de taux d’intérêt se profilent. Et vu le niveau plancher des taux en Europe, une nouvelle phase d’assouplissement quantitatif semble tout sauf exclue.

Les investisseurs en obligations l’ont bien compris : les taux ne sont pas près de remonter, notamment sur le Vieux Continent, où les rendements à long terme marquent même de nouveaux records historiques à la baisse. Ce qui paraissait incroyable il y a quelques années est quasiment devenu la norme. Il faut désormais payer pour avoir le privilège de prêter de l’argent à certains des débiteurs souverains les plus sûrs au monde. Sur une durée de dix ans, il en coûte 0,4% par an pour investir dans les Bunds allemands et même 0,7% par an pour les emprunts de la Confédération suisse.

A l’échelle mondiale, près de la moitié des obligations gouvernementales affiche un rendement inférieur à 1% et plus du tiers est frappé de taux négatifs. Au total, 14’000 milliards de dollars d’emprunts obligataires ont un rendement inférieur à zéro dans le monde. Face à ces conditions dissuasives et tant que le cycle économique se prolonge et que le monde ne bascule pas dans une récession, nous restons convaincus qu’il y a davantage à gagner sur des segments obligataires plus rémunérateurs bien que plus risqués. Les emprunts de sociétés de bonne qualité et la dette émergente en font partie.

Mais dans ce contexte où les banques centrales s’obstinent à rendre les placements obligataires inintéressants, c’est avant tout du côté des marchés actions qu’une surperformance est attendue. Pour autant, les niveaux élevés atteints par les valorisations de certaines bourses (par exemple aux Etats-Unis et en Suisse) nous laissent envisager pour la deuxième partie de 2019 un potentiel inférieur aux performances remarquables engrangées durant le premier semestre.

Europe : rendez-vous en septembre !

La réunion de la Banque Centrale Européenne était très attendue. Mario Draghi a annoncé son intention de baisser les taux et la mise en place de nouvelles mesures accommodantes plus tard cette année probablement en septembre.

La réaction des marchés financiers a été mitigée car beaucoup d’investisseurs sont restés sur leur faim en raison du manque d’information sur ces prochaines interventions.  En attendant, les nouvelles économiques et les risques politiques de la zone euro les justifient pleinement.

Le PMI du secteur manufacturier a atteint un nouveau point bas depuis la crise financière (notamment en Allemagne) et l’indicateur IFO un plus bas depuis neuf ans. De plus, l’arrivée de Monsieur Boris Johnson à la tête du gouvernement britannique augmente les risques d’un Brexit sans accord.

Aujourd’hui, dans un contexte de taux extrêmement bas (les obligations 10 ans en Allemagne, France, Suède, Pays-Bas et Suisse affichent déjà des rendements négatifs) les marges de manœuvre paraissent certes limitées. Cependant il reste toujours des munitions « non conventionnelles ».

A notre avis M. Draghi, qui est sur le départ, devrait annoncer un large programme de rachat d’actifs en septembre, ce qui serait positif pour les marchés financiers. Dans ce contexte, les rendements obligataires resteront extrêmement bas, ce qui renforce notre conviction de l’attractivité des bourses européennes par rapport aux marchés obligataires. En effet, l’écart de rendement entre les actions et les obligations est à un niveau historique. De plus, le sentiment sur les actions européennes est bien loin de l’euphorie si l’on se base sur les 70 semaines consécutives de remboursements nets sur les fonds d’actions européennes, ce qui est également historique.

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires