phone-icon
phone-icon

Point sur les marchés – 6 décembre 2021

Découvrez le résumé de l’actualité économique de cette semaine !

Nous contacter
Lac de Palpuogna

L'essentiel

Les sociétés technologiques en Chine ont été ciblées par les autorités chinoises et américaines, provoquant une nouvelle vague de panique et de volatilité. Les inquiétudes tournent autour du risque accru d’éviction forcée des sociétés chinoises de la bourse américaine. Les titres avec une cotation secondaire à Hong-Kong sont également impactés, bien que les valeurs restent fongibles sur les deux marchés. 

En parallèle, la banque centrale chinoise (PBOC) semble adopter un ton plus pro-croissance et accommodant. Elle a annoncé une baisse générale des réserves obligatoires des banques de 0,5%, en mettant l’accent sur la stabilité de la croissance dans un contexte de ralentissement de l’activité économique. 

Le pétrole a baissé violement suite à l’apparition d’un nouveau variant du Covid. Après ce mouvement et au vu des fondamentaux qui restent porteurs, nous pensons que les prix anticipent un retour rapide à des confinements stricts, un scénario que nous ne jugeons pas réaliste actuellement.

Powell ne persiste plus avec le « transitoire »

Ce n’était sans doute qu’une question de temps. Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) a abandonné l’idée d’un rebond transitoire de l’inflation. Cela fait déjà quelques mois que la Fed, au risque d’entacher sa crédibilité, s’accrochait à ce scénario d’une inflation passagère liée à un fort effet de base provoqué par l’épidémie de Covid-19. Selon elle, le gros coup d’accordéon sur les prix des matières premières provoqué par la fermeture puis la réouverture de l’économie mondiale ne pouvait être que temporaire. Mais les pénuries sur certains matériaux se prolongent, tout comme les nombreux goulets d’étranglement qui émaillent les chaînes d’approvisionnement à l’échelle planétaire. 

La position de la Fed était devenue intenable alors que l’inflation américaine dépasse 6% sur les douze derniers mois, du jamais vu depuis trente ans. D’autant que, dans un contexte de quasi-retour au plein emploi, les salaires commencent à prendre l’ascenseur et menacent de prolonger ce dérapage des prix par des effets de second tour sur les biens et services. Cette annonce a secoué les marchés et ébranlé une confiance des investisseurs qui s’était déjà passablement étiolée durant les dernières semaines. Elle sous-tend en effet que la Réserve fédérale songerait à accélérer la normalisation de sa politique monétaire. 

Cela pourrait passer par une fin prématurée de son programme de rachat d’actifs (tapering) et des hausses de taux directeurs plus précoces que ce qui était anticipé. Si ce changement de message est justifié, le timing de l’annonce est mal choisi alors que l’hémisphère nord connaît une nette résurgence de la pandémie et que le nouveau variant omicron inquiète partout dans le monde. Contrairement à la Banque Centrale Européenne (BCE), la Fed ne nous a pas habitué à commettre des erreurs flagrantes de politique monétaire. 

A choisir entre la croissance et l’inflation, cette banque centrale penche habituellement en faveur de la santé de son économie et de son marché de l’emploi. Jerome Powell gardera vraisemblablement un œil sur les chiffres clé de l’épidémie aux Etats-Unis avant de refermer drastiquement le robinet du crédit. Mais ce changement de ton confirme que, si l’on exclut une forte aggravation de la crise sanitaire et la réintroduction de confinements stricts, les rendements obligataires américains sont destinés à progresser. Ceci afin de compenser en partie les investisseurs face à la remontée des anticipations inflationnistes. Malgré le communiqué de la Fed et en raison du retour des incertitudes, c’est l’inverse qui s’est produit la semaine dernière.

Etats-Unis : visibilité réduite

Alors que les dernières semaines de l’année sont traditionnellement propices à un rallye des bourses, les actions américaines ont été particulièrement chahutées durant les dernières séances. Chaque nouvelle semble être interprétée de manière négative par les investisseurs. Les publications positives, comme le taux de chômage qui ne cesse de baisser et a atteint 4,2% en novembre, donnent lieu à des spéculations sur un resserrement inévitable de la politique monétaire américaine. 

La Fed pourrait, selon les économistes, remonter ses taux directeurs en 2022 déjà, ce qui ne manquerait pas de mettre une pression sur la valorisation généreuse des actions. Les annonces négatives, à l’image de la nouvelle vague de contamination au Covid-19, font craindre de nouvelles mesures contraignantes et un ralentissement abrupt de l’activité économique. Si la vague actuelle semble principalement pénaliser l’Europe, l’arrivée de l’hiver et de nouveaux variants, hautement contagieux, laissent supposer que les Etats-Unis vont également connaitre une hausse des infections dans les prochaines semaines. 

Il n’est dès lors pas étonnant que les investisseurs se protègent face à ces nombreuses inconnues qui conduisent à une détérioration de la visibilité sur l’évolution économique de ces prochains mois. Après une année exceptionnelle du point de vue boursier, il est en effet opportun d’adopter une position plus prudente, afin de préserver la bonne performance de l’année. C’est dans cette optique que nous avons légèrement réduit notre exposition aux actions, notamment américaines, la semaine passée.

Pour approfondir

Informations légales

Ce site contient des informations relatives à un grand nombre de fonds de placement enregistrés et gérés dans différentes juridictions. Les informations de ce site web ne sont pas destinées aux personnes relevant de juridictions dans lesquelles (en raison de la nationalité des personnes, de leur lieu de résidence ou pour toute autre raison) la diffusion ou l’accès à ce site est interdit. Les personnes soumises à de telles restrictions locales ne doivent pas accéder à ce site web.
Les informations publiées sur ce site ne constituent ni une sollicitation ni une offre, ni une recommandation d’achat ou vente ou de toute autre transaction sur des instruments de placement.

Même si ce site reprend une large sélection de fonds à disposition, il n’englobe pas tous les fonds actuellement disponibles sur le marché. Dès lors, il peut exister des fonds correspondant mieux aux besoins de placement de l’utilisateur, mais qui ne figurent pas sur ce site. L’utilisateur doit être conscient du fait que les prix des parts de fonds de placement peuvent fluctuer vers le haut et vers le bas. En conséquence, la performance passée n’est pas une garantie de la performance future. Par ailleurs, les placements en devises différentes sont sujets aux fluctuations des taux de change.
Avant d’effectuer tout investissement dans un placement collectif, l’utilisateur doit lire impérativement et attentivement les prospectus de vente et les informations clés pour l'investisseur (KIID). Les prospectus et KIIDs des fonds sur ce site sont disponibles sur ce site, mais peuvent également être demandés gratuitement, auprès de Piguet Galland & Cie SA ou de la direction de fonds. L’utilisateur s’engage à lire les clauses de non-responsabilité relative à chaque fonds avant d’effectuer un placement.

Les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent détenir ou avoir détenu des participations ou des positions dans les fonds considérés ou peuvent être actifs ou avoir été actifs en tant que teneurs de marché pour ces titres. Par ailleurs, les membres du conseil d’administration ou les collaborateurs de Piguet Galland & Cie SA peuvent entretenir ou avoir entretenu des relations avec les sociétés concernées, peuvent offrir ou avoir offert des services de financement d’entreprise ou autres à ces sociétés ou peuvent siéger ou avoir siégé dans leur comité directeur.
Veuillez préalablement prendre connaissance des Conditions d'Utilisation du Site.

Informations personnelles
Nos services n'étant disponibles qu'aux résidents suisses, le choix du pays de domicile n'est pas disponible.
Vous devez accepter les conditions d'utilisation.
* champs obligatoires